Emphysème

L'emphysème est une maladie chronique qui détruit progressivement les poumons.

Il se caractérise par une dilatation anormale et permanente des alvéoles pulmonaires qui entraîne une perturbation des échanges gazeux entre l'air inspiré et la circulation sanguine.

Ainsi, le taux de CO2 augmente dans le sang et celui de l'oxygène diminue, ce qui crée des difficultés à respirer.

À un stade avancé de la maladie, les poumons sont parsemés de trous et de bulles ; ils ressemblent à de la "barbe à papa" ou à une vieille éponge. À mesure que les poumons se détériorent, la capacité respiratoire devient de plus en plus limitée.

L'emphysème s'accompagne très souvent de bronchite chronique et, tout comme cette dernière, c'est une "broncho-pneumopathie chronique obstructive" (BPCO).

L'emphysème se manifeste de la façon suivante :

  • Toux et difficulté progressive à respirer au moindre effort physique et/ou lors d'infections des voies respiratoires (comme la grippe, la pneumonie ou la bronchite aiguë).
  • Respiration bruyante, sifflante, toux et crachats fréquents, surtout le matin (les expectorations peuvent être blanchâtres, colorées ou teintées de sang) lorsque l'emphysème est associé à une bronchique chronique.
  • Maux de dos fréquents causés par la toux.

Quelles sont les diférentes causes de l'emphysème ?

Tabac, principal facteur de risque de l'emphysème

L'emphysème serait une maladie très rare si les gens ne fumaient pas.
Le tabac est responsable de plus de 90 % des cas d'emphysème, autant chez les hommes que chez les femmes.

Cependant, moins de 15 % des fumeurs contractent la maladie. Dans leur cas, une certaine "sensibilité" au tabac semble nuire au bon fonctionnement de leurs poumons.

Les symptômes de l'emphysème se manifestent surtout autour de 55-60 ans.


Le milieu de travail est aussi un facteur de risque de l'emphysème

Les endroits empoussiérés, enfumés ou pollués peuvent parfois causer de l'emphysème.

 

Emphysème et anomalie génétique

Il existe une forme rare d'emphysème héréditaire qui résulte d'une déficience enzymatique. Elle touche à peine 0,05 % de la population.

Dans ce cas, le tabac aggrave considérablement la vitesse de destruction du poumon et l'essoufflement peut apparaître dès l'âge de 25 ans.

Ne pas attendre pour consulter

La plupart des gens ne consultent que lorsque les symptômes sont très marqués. Souvent, la maladie a eu le temps de faire des ravages : insuffisance respiratoire, défaillance cardiaque, congestion du foie, gonflement des pieds.

Il arrive aussi que l'emphysème entraîne une incapacité permanente à travailler.

Un dépistage précoce peut arrêter la progression de la maladie, si on cesse de fumer.

Garder son inhalateur à portée de la main

Si le médecin vous a prescrit des bronchodilatateurs, ayez toujours l'inhalateur avec vous. Vous ne savez pas à quel moment vous en aurez besoin.

Si une crise survient et que votre inhalateur est vide, prenez un ou deux cafés corsés (si votre cœur le permet). La caféine semble avoir un effet bronchodilatateur appréciable.

Cesser de fumer

Bien sûr, ce n'est pas si facile. Selon votre degré de dépendance, votre médecin vous conseillera la méthode qui vous conviendra le mieux.

Sachez que la majorité des fumeurs y parviennent après cinq ou six essais infructueux (sans traitement). Il ne faut jamais se décourager, car les bienfaits en valent vraiment la peine. En effet, même si les dommages causés aux poumons sont irréversibles, leur progression est cependant stoppée.

Se faire vacciner contre certaines maladies

Quand on souffre d'emphysème, on résiste moins bien aux infections.

Il est donc important de se faire vacciner contre la grippe et contre la pneumonie à pneumocoques.

Évaluer le milieu de travail

Si vous souffrez d'emphysème, évitez de travailler dans des endroits poussiéreux, enfumés ou pollués, par exemple dans une usine de produits chimiques ou un atelier de peinture automobile. Vous devrez peut-être changer de travail ou vous faire muter dans un autre secteur.

Faire de l'exercice

Non seulement l'exercice n'aggravera pas votre maladie, mais il la rendra plus tolérable.

Une bonne condition cardiovasculaire et musculaire permet de faire plus d'efforts tout en étant moins essoufflé. Il ne s'agit pas de vous jeter corps et âme dans le sport ; quelques minutes de marche tous les jours, un peu de vélo hebdomadaire vous aideront à maîtriser votre emphysème.

Bien sûr, au début, vous serez vite essoufflé(e) : il vous faudra y aller très progressivement, en respectant vos limites.

Changer ses habitudes alimentaires

De trop gros repas "écrasent" les poumons et, par conséquent, gênent la respiration.

Prenez plusieurs petits repas par jour, plutôt que les trois habituels. Par exemple, un jus et des céréales au déjeuner, des toasts et un café à 10 heures, et ainsi de suite. Il est important de bien s'alimenter.

Modifier sa garde-robe

Des vêtements trop serrés à la poitrine et au ventre risquent de gêner votre respiration.

Préférez les bretelles aux ceintures, les pantalons à taille élastique ainsi que les vêtements amples et souples.

  • Vous avez de la difficulté à respirer.
  • Votre respiration est sifflante.
  • Vous toussez et crachez beaucoup.
  • Vous avez plus de 50 ans et vous fumez.

Le médecin procède à des examens physiques pour éliminer toutes les autres maladies possibles.

Des tests sur la capacité respiratoire permettent de diagnostiquer l'emphysème. Ces tests consistent essentiellement à vous faire souffler dans différents appareils.

En cas de résultats anormaux, on peut faire une saturométrie qui consiste à mesurer le taux d'oxygène dans le sang à l'aide d'un appareil qu'on place sur le doigt.

La prise de sang dans une artère, habituellement au poignet, est nécessaire pour connaître, en plus du taux d'oxygène, le taux de gaz carbonique sanguin.

Évidemment, il faut commencer par cesser de fumer.

Le médecin peut prescrire des bronchodilatateurs, médicaments présentés sous différentes formes aux asthmatiques pour dilater leurs bronches et faciliter leur respiration.

Si ce type de médicament ne suffit pas, il peut ajouter des comprimés de théophylline ou de glucocorticoïdes (de la famille de la cortisone). Ces derniers sont nécessaires dans seulement 10 % à 15 % des cas.

Si l'emphysème est aggravé par une infection des voies respiratoires, on ajoute aux antibiotiques pris précocement un court traitement aux glucocorticoïdes (Prednisone). On reconnaît une exacerbation infectieuse à l'augmentation de la toux et des expectorations, à l'aggravation de l'essoufflement et au caractère purulent des crachats.

Les personnes gravement atteintes peuvent avoir besoin d'oxygène à domicile.

Évidemment, si l'emphysème a entraîné une insuffisance respiratoire, une défaillance cardiaque ou un autre problème grave, le traitement approprié est immédiatement instauré.

publié initialement le 06/09/2001 - 02h00 et mise à jour par Dr Philippe Presles le 03/04/2013 - 19h07

Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
steph80600

bonjour j'ai 36 ans et un emphisème plus une tache au poumons et ma thyroide a grossis avec bronchite chronique asthmatique .le scanner a révéler sa.
maintenant je doit faire une prise de sang et échographie.puis je doit consulter un pneumologue mais j'ai peur pour la suite je ne sais pas a quoi m'attendre en plus mon docteur me dit que je suis trop jeune.et j'ai d'autre probleme de santé une siatique et une hernie discale et probleme au genoux.je me demande avec sa en plus si sa ne va pas empirer ou qu'ils vont trouver un autre probleme.je suis perdue et tant de question.aidez moi.merci

pebouvale

Steph, bonjour, ont viens aussi de me détecté un emphysème sévère,il y a quelque jours suite a un scanner, j ai pris un rendez vous en premier temps chez un pneumologue, j ai rendez vous demain, faut pas se laissé aller,tu dois voir en premier un pneumologue qui va évalué tout ça, tu va avoir un traitement adapté , faut continué a vivre, mange plusieurs repas légé, arrête la cigarette de suite si tu fume, fait un peu de marche,faut pas t empéché de vivre. Courage Valérie.

chanceux1

Bonjour,j'ai un emphysème depuis 2004 je fumé 2 paquets jour et pour arreter très dure 'un mois de combat et après aussi.Voilà j'ai fait les marches(seul solution) du dimanche matin tranquillement 10km mois après mois,je me suis dit et redit il faut que j'y prenne plaisir et faire le plus possible alors!!!!! 15km,20,30,50,70et mon premier 100 km du perche 5 an après je n'y crois pas et depuis j'en ai fait plusieurs,je commence à courrir depuis 2 ans, un petit trail ,un semi marathon, j'arrive dernier mais j'arrive,fin aout défit de plus courrir 100km!!!!!!!!
Alors bougés le plus possible si possible.

talyann

Bonjour je fais de l depuis au mois 8ans j ai deja arreter de fumer et je rechute mais cette fois si je compte bien d arreter pour de bon je viens d etre grand-mere d une belle petite fille venant de mon garcon et ce sera pour elle et mon pere que j arrete de fumer et j ai lu votre commentaire et cela m a donné le gout de reprendre mes marches car je ne m imagine pas ne plus pouvoir aller dehors avec des bonbonne ah non j arrete de fumer sur et certain je vais rallonger ma vie et grace a votre commentaire c est un départ et pour vous surtout n arreter pas c est tellement beau ce que vous avez acquis jusqu ici ca m as beaucoup impresssionné merci a vous

mounette54210

J'ai été hospitalisée en mai 2016 pour une grave insuffisance respiratoire. On m'a diagnostiqué de l'emphysème. J'ai stoppé net la cigarette dès mon hospitalisation. Je fumais 40 cigarettes par jour. Depuis je suis dégoutée rien qu'à sentir la fumée d'une cigarette. Ma grande désolation est que je n'ai toujours pas retrouvé mon souffle. Je suis de plus en surpoids et inccapable de faire 30 métres sans être essoufflée.

PUB