Dépression : LSD, ectasy pourraient "réparer" le cerveau

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Vendredi 15 Juin 2018 : 13h02

Les drogues psychédéliques auraient un effet structurel sur le cerveau. Elles pourraient "réparer" les troubles associés à la dépression ou à l'anxiété.

© Adobe Stock
PUB

"Réparer" un cerveau qui fonctionne mal, c'est l'étonnante piste abordée par une équipe de l'Université de Californie à Davis (Etats-Unis). Leur hypothèse : recourir à de faibles doses de drogues psychédéliques, comme le LSD ou l'ecstasy, pourrait corriger les dysfonctions structurelles qui accompagnent des maladies comme les troubles anxieux ou la dépression.

De premiers résultats ont été récemment publiés dans la revue Cell Reports. Menés sur plusieurs espèces animales, ils suggèrent que les substances psychédéliques (LSD, MDMA, DMT) ont un effet concret sur la façon dont le cerveau fonctionne.

Chez le rat, le poisson-zèbre ou encore la drosophile (la mouche à fruit), le recours à ces drogues a permis d'améliorer la communication entre les neurones. Les dentrites, ces "branches" qui permettent de recevoir les messages nerveux, sont plus nombreuses, tout comme les synapses qui assurent les échanges entre les neurones.

Le message est plutôt positif, quand on sait que l'atrophie neuronale est soupçonnée d'être impliquée dans la sévérité de la dépression ou des troubles anxieux.

La plasticité du cerveau

PUB

"On suppose depuis longtemps que les drogues psychédéliques sont capables de modifier la structure du cerveau, mais c'est la première étude à le confirmer de manière claire", se félicite David Olson, qui a coordonné les travaux.

Aux yeux de ce chercheur, les drogues psychédéliques auraient les mêmes effets que la kétamine, un anesthésiant de synthèse déjà utilisé dans certaines dépressions sévères. Il est notamment salué pour sa capacité à favoriser la plasticité cérébrale.

"Il faut d'habitude plusieurs semaines pour que les antidépresseurs fassent effet. Avec la kétamine, les changements se produisent en quelques heures", soulignait récemment le Pr Philippe Fossati, psychiatre à l'Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM), interrogé par E-Santé.

D'autant que ces effets s'observent à de faibles doses et perdurent après l'assimilation du produit par l'organisme. Mais si ce constat est prometteur, ces résultats sont encore loin d'une application chez l'être humain. Ces travaux n'ont pas encore été appliqués sur les cellules humaines, même en laboratoire.

PUB
PUB
A lire aussi
Ces drogues illégales qui pourraient vous guérirPublié le 25/04/2018 - 15h27

LSD, champignons hallucinogènes, kétamine… Dans l'esprit collectif, ces substances psychédéliques sont associées aux mouvements hippies des années 1960 ou aux soirées festives. Mais elles font aujourd'hui leur grand retour en laboratoire. Elles pourraient servir à traiter des troubles...

Les oméga-3, bons pour le cœur et la têtePublié le 27/09/2010 - 14h42

Les oméga-3, tels qu’on les trouve notamment dans les huiles de poisson, ont fait l’objet de nombreuses recherches, confirmant leurs bienfaits dans les domaines de la cardiologie et de la neurologie. Les bonnes raisons de faire le plein d’oméga-3 ne manquent pas !

HallucinationsPublié le 31/05/2001 - 00h00

L'hallucination est une altération des sens de la vue et de l'ouïe qui fait voir ou entendre des choses qui n'existent pas, comme le fait de percevoir un bruit dans une pièce tout à fait silencieuse.De tels phénomènes touchent parfois aussi l'odorat, le goût et le toucher. La personne peut
...

L'IRM au secours de l'AlzheimerPublié le 10/06/2002 - 00h00

La maladie d'Alzheimer représente 60% des causes de démence en Europe. Les lésions qu'elle entraîne sur le cerveau ont été décrites pour la première fois il y a près d'un siècle, mais l'autopsie était indispensable pour les observer. Les progrès récents dans le domaine de l'imagerie
...

Plus d'articles