Les conséquences du voisinage entre cellules tumorales et cellules saines

Publié par La Fondation ARC le Lundi 18 Mai 2015 : 17h07
Mis à jour le Lundi 18 Mai 2015 : 17h07

Au croisement de la mécanique et de la génétique, des travaux de recherche fondamentale explorent l’impact de la pression imposée par les tumeurs sur les cellules saines voisines.

La transformation des cellules saines en cellules tumorales peut aussi avoir une origine mécanique

Les relations entre les cellules tumorales et leur microenvironnement direct sont l’objet de questionnements scientifiques majeurs : quelle influence ce microenvironnement a-t-il sur le développement des tumeurs ? Comment les cellules tumorales le manipulent-elles pour réduire l’action du système immunitaire ? Pour stimuler la formation de nouveaux vaisseaux sanguins ?... Bien souvent les chercheurs décryptent des signaux purement moléculaires : telle cellule produit une protéine X, qui agit sur telle autre cellule voisine avec un effet Y… Des travaux récents soutenus par la Fondation ARC montrent que les relations entre cellules ne sont pas uniquement régies par des signaux moléculaires.

L’équipe dirigée par Emmanuel Farge à l’Institut Curie s’est en effet intéressée au rôle que pourrait jouer la pression dans l’extension des tumeurs solides. L’idée vient d’un constat simple : quand des cellules tumorales se multiplient et forment une masse de plus en plus volumineuse, elles imposent une pression sur les cellules voisines, restreintes dans le volume d’un organe qui n’est pas extensible à volonté ! L’avancée majeure des travaux publiés dans la revue Nature réside dans la description de cette action purement mécanique sur des cellules saines : la simple compression est responsable d’une entrée progressive des cellules saines dans la voie de la transformation en cellules tumorales. Leur décryptage a aussi percé à jour les voies moléculaires activées en cascades dans les cellules saines « comprimées » et en particulier les voies qui provoquent leur transformation en cellules cancéreuses.

PUB

De nouvelles cellules cancéreuses induites mais différentes de la tumeur originelle

Ainsi, c’est une action en chaîne qui commence de cette manière : une tumeur, par son action mécanique, entraine les cellules saines voisines à se multiplier sans contrôle et donc à amplifier la compression sur les cellules un peu plus éloignées de la tumeur originelle, et ainsi de suite de proche en proche. Un détail capital surgit dans ce modèle d’expansion de la tumeur : n’ayant pas la même origine, les nouvelles cellules cancéreuses induites sous la pression et les cellules de la tumeur originelle ne portent, a priori, pas les mêmes anomalies moléculaires. Il est donc fort probable que les deux types cellulaires ne soient pas sensibles aux mêmes thérapies ! Un détail, donc, mais qui pourrait bien expliquer nombre de phénomènes de résistance aux traitements et de récidives.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 18 Mai 2015 : 17h07
Mis à jour le Lundi 18 Mai 2015 : 17h07
Source : Fondation ARC - R. D. - Fernandez-Sanchez, M.E. et al ; Mechanical induction of the tumorigenic b-catenin pathway by tumour growth pressure; Nature; 11 Mai 2015
PUB
PUB
A lire aussi
Quand l'infrarouge fait « griller » les tumeursPublié le 17/12/2012 - 09h00

Éclairées par une lumière infrarouge, des nanoparticules s'échauffent et provoquent la mort des cellules cancéreuses à proximité.Une bonne stratégie pour tuer les cellules cancéreuses…

Plus d'articles