Cancer du sein avec métastases : les cellules tumorales manipulent le système immunitaire

Publié par Rédaction le Lundi 11 Mai 2015 : 11h36
Mis à jour le Lundi 11 Mai 2015 : 14h20

Un mécanisme permettant aux cellules tumorales du cancer du sein de favoriser leur dissémination a été mis à jour : des cellules immunitaires seraient les passeurs.

Quand le cancer du sein génère des métastases

Si les cancers du sein guérissent dans neuf cas sur dix lorsqu’ils sont traités précocement, le développement de métastases est synonyme de pronostic moins favorable : 90 % des cas de décès sont liés à cette dissémination des tumeurs à travers l’organisme. Bloquer ou ralentir les phénomènes métastatiques est donc un enjeu majeur pour la prise en charge des cancers du sein avancés. Une équipe néerlandaise a cherché à comprendre comment, dans certaines situations, le développement de métastases serait particulièrement favorisé.

PUB

Les cellules tumorales dupent le système immunitaire

Une observation, d’abord, réalisée il y a quelques années : les femmes chez qui on retrouve dans le sang une quantité élevée de neutrophiles (un type de cellules immunitaires) ont un risque plus élevé de développer des métastases. Ces cellules généralement impliquées dans les processus d’inflammation et de mise en alerte du système immunitaire seraient-elles en cause ? C’est bien ce que les travaux de l’équipe néerlandaise semblent confirmer : les cellules tumorales seraient capables de corrompre ces cellules immunitaires grâce à une cascade de réactions. Les chercheurs sont parvenus à identifier un acteur central de cette cascade, l’interleukine 17 (IL17).

Non seulement l’IL17 stimule la multiplication des neutrophiles mais elle est aussi responsable de leur changement de « comportement » : au lieu de stimuler une réponse immunitaire dans un contexte d’inflammation, les neutrophiles ainsi manipulés réduisent au silence les lymphocytes potentiellement agressifs contre les tumeurs !

Bloquer de manière massive l’action des neutrophiles n’est pas envisageable, ces cellules ayant un rôle majeur dans la défense contre les infections. En revanche, bloquer l’action de l’IL17 sur ces cellules permettrait de limiter exclusivement leur action anormale et donc de réduire la dissémination des métastases.

Publié par Rédaction le Lundi 11 Mai 2015 : 11h36
Mis à jour le Lundi 11 Mai 2015 : 14h20
Source : Fondation ARC - Coffelt, S.B. et al ; IL-17-producing γδ T cells and neutrophils conspire to promote breast cancer metastasis; Nature; 30 mars 2015.
PUB
PUB
A lire aussi
Quand les inhibiteurs de STAT3 font coup double contre le cancerPublié le 13/11/2014 - 14h28

Réduire l’activité de la protéine STAT3 permettrait d’améliorer l’action anti-tumorale du système immunitaire. Une seconde bonne raison de développer des inhibiteurs initialement destinés à corriger une hyperactivité favorisant le développement tumoral.

Plus d'articles