Le phénomène de vieillissement de la peau

Hommes ou femmes, peaux claires ou foncées, nous sommes ou serons tous touchés par le vieillissement - et en particulier celui de notre épiderme, indissociable du vieillissement du corps dans son ensemble. Tour d'horizon.

Le vieillissement cutané : épiderme et derme

Le renouvellement cellulaire, aux alentours de 50 ans, a tendance à ralentir : l'épiderme s'amincit tandis que, parallèlement, sa partie la plus superficielle, la couche cornée, s'épaissit. Résultat, une peau rugueuse et sèche. Quant au derme, zone plus profonde, il diminue de 6% tous les dix ans. En cause, des fibres de collagène et des fibres élastiques fragmentées. La peau perd sa souplesse, les rides se creusent et l'épiderme en général devient bien moins résistant aux agressions extérieures et aux chocs, même minimes.

Le vieillissement cutané : les mélanocytes

Ces cellules sont celles responsables de notre pigmentation. À partir de la cinquantaine, elles tendent elles aussi à diminuer : moins dix pour cent par décennie, en plus de voir leur activité diminuer. C'est ce phénomène qui provoque une quantité et une répartition du pigment dans les cellules de l'épiderme moins homogène. Des zones trop pigmentées, ou taches solaires, apparaissent sur les mains et le visage tandis que des zones au contraire dépigmentées (taches blanches en confettis) surgissent sur les bras et les jambes.

Guide: 

Source :