Perte de cheveux
Nous perdons en moyenne 100 cheveux par jour.
© Istock

Comparez les Mutuelles séniors et économisez toute l'année !

Sommaire

Perte de cheveux : Examens

Le médecin procède à un examen dermatologique, parfois au microscope ou à la lampe fluorescente de Wood.

Une culture mycologique ou une biopsie peuvent être envoyées au laboratoire.

Le trichogramme consiste à arracher une petite quantité de cheveux puis à les examiner pour voir s'il s'agit de cheveux en phase de repos ou de croissance.

Les prises de sang servent au dépistage de maladies et de carences ainsi qu'à des dosages hormonaux.

Perte de cheveux : Traitement

  • Telogen et anagen effluvium

Il faut trouver la cause et l'éliminer (médicaments, carences, problèmes de thyroïde, stress, etc.). Il n'y a pas d'autre traitement.

  • Alopécie androgénique

Le minoxidil est un médicament qui freine la chute des cheveux et stimule leur repousse. Il s’utilise chez les hommes et les femmes en applications locales sur le cuir chevelu, deux fois par jour. Les effets sont très longs à constater (plusieurs mois) et la perte de cheveux reprend à l’arrêt du traitement.

Le finastéride est un médicament destiné uniquement aux hommes qui se prend sous forme de comprimés. Initialement utilisé dans le traitement de l’adénome de la prostate, le finastéride agit sur la production hormonale en testostérone. Dans de rares cas, il peut provoquer des troubles sexuels (baisse de la libido, troubles de l’érection, de l’éjaculation). Là encore, l’effet cesse à l’arrêt du traitement.

Les microgreffes représentent une solution très efficace, permanente, mais coûteuse. Des cheveux sont prélevés un par un, là où ils abondent, et réimplantés sur la zone dégarnie.

Des recherches sont en cours sur les cellules souches avec l’espoir de les réactiver dans les follicules pileux.

  • Teigne

On administre un antifongique par voie buccale et un shampooing traitant.

  • Pelade

L'auto-rejet est habituellement temporaire. Neuf cas sur dix guérissent spontanément en six à douze mois. Si l'attente paraît trop longue, la cortisone en lotion ou en injections locales peut aider. Si la perte est considérable, on songera à des traitements d'immunothérapie ou de photothérapie.

  • Hirsutisme

Si un excès d'hormones mâles est mis en évidence dans le sang, on prescrit une hormonothérapie associée à d'autres médicaments. Outre les techniques cosmétiques, le laser à diodes solutionne le problème des poils inesthétiques.

  • Trichotillomanie

Il revient à la psychiatrie ou à la psychothérapie de supprimer la manie et notamment à la thérapie cognitive et comportementale. On peut alors espérer une repousse.

  • Alopécie de traction

Le fait de modifier la coiffure peut permettre la repousse des cheveux dans plusieurs cas.

Guide: 

Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media,2001.