Hormones thyroïdiennes [Tri-iodothyronine libre (T3L ou FT3) ; Tétra-iodothyronine ou thyroxine libre (T4L ou FT4)]

T3L / FT3, T4L/FT4, Quelles sont les précautions particulières à prendre ? En quoi consiste ces dosages ? A quoi servent ces dosages ? Quelles sont les valeurs normales ?

Quelles sont les précautions particulières à prendre ?

Il est inutile d'être à jeun avant le prélèvement. Penser à signaler d'éventuels traitements en cours car de nombreux médicaments peuvent modifier les concentrations des hormones thyroïdiennes dans le sang ou interférer avec les dosages :

  • anti-thyroïdiens de synthèse (Néomercazole®),
  • hormones thyroïdiennes substitutives (L-thyroxine Roche®, Lévothyrox®…),
  • certains médicaments pour le cœur (amiodarone),
  • le lithium,
  • l'interféron,
  • l'héparine,
  • les corticoïdes à forte doses,
  • l'aspirine,
  • les anti-inflammatoires…

En quoi consiste ces dosages ?

La tri-iodothyronine (T3) et la tétra-iodothyronine (T4) sont fabriquées par la thyroïde à partir de l'iode alimentaire et de l'iode recyclé, puis libérées dans la circulation sanguine.

L'ensemble de ces phénomènes sont sous la dépendance de l'hormone thyréostimulante (TSH). Elles circulent dans le sang essentiellement sous forme liée à des protéines de transport. Mais seule la fraction libre de ces hormones est active et c'est cette fraction libre qui est dosée (L = libre ; F = Free d'où T3 L ou FT3 et T4 L ou FT4).

A quoi servent ces dosages ?

Le dosage de ces hormones est utile au diagnostic des maladies de la thyroïde et à leur surveillance sous traitement.

Quelles sont les valeurs normales ?

Elles varient selon la technique utilisée. A titre indicatif :

  • T3 L : 1,05 à 3,35 nmol/l
  • T4 L : 10 à 25 pmol/l

Comment sont interprétés les résultats ?

Chez le nouveau-né, les concentrations de T3 L et T4 L sont physiologiquement élevées (pendant le premier mois).

Chez les sujets âgés, elles sont souvent « anormales » en raison des maladies qu'ils présentent ou des médicaments qu'ils reçoivent et au cours de différentes maladies graves non thyroïdiennes : insuffisance rénale, insuffisance hépatique, cancers, cirrhose,...

En dehors de ces situations, l'interprétation de ces dosages s'intègre dans le cadre du diagnostic des maladies thyroïdiennes.

Un taux élevé de T4L et/ou de T3L permet le plus souvent de confirmer un diagnostic d'hyperthyroïdie (hyper-fonctionnement de la thyroïde) caractérisée par un amaigrissement, des bouffées de chaleur, une agitation, des palpitations cardiaques…

Des taux sanguins bas d'hormones thyroïdiennes reflètent une hypothyroïdie (fonctionnement insuffisant de la glande thyroïde) dont les principaux signes sont une grande fatigue, une frilosité, des crampes, une constipation, une bouffissure du visage.

Dans tous les cas, l'interprétation diagnostique de ces dosages doit s'intégrer dans le cadre d'un bilan thyroïdien complet.

Au cours du suivi des traitements des maladies thyroïdiennes, le taux de T4 permet d'adapter la posologie (dose des médicaments), surtout au cours du premier mois, en attendant la normalisation de la TSH qui peut être plus tardive.

Guide: 

Source :