Grossesse et paternité : les cinq commandements

Longtemps tenus éloignés de cette grande affaire qu'est la grossesse (et encore maintenant, ils n'ont droit qu'à un petit chapitre dans les ouvrages consacrés au sujet), les futurs pères revendiquent leur participation à part entière. Les transformations physiques et psychologiques de la future maman en font certes le personnage principal, mais pas unique de la grossesse. Les futurs parents restent un couple et chacun a besoin de l'autre dans son rôle réciproque. Cinq commandements aux futurs papas.
Publicité

Soyez patient

Ce commandement vient en premier, car il conditionne d'une façon générale le rôle du futur père pendant la grossesse, accouchement compris. Neuf mois, c'est long, surtout quand on ne peut directement participer à la grossesse elle-même. Justement, mettez à contribution ce laps de temps pour, d'une part, vous familiariser avec les transformations inouïes que subit la future maman, et d'autre part, trouver progressivement votre place et votre rôle. Vous ne serez vraiment au point qu'au moment de l'accouchement. C'est toujours ça de gagné pour les futures grossesses !

Restez calme

Directement lié au précédent, ce conseil s'adresse aux futurs pères qui n'auraient pas saisi tout ce qu'il y a de contradictoire dans les transformations physiologiques et psychologiques de la future maman. Elle-même est dépassée par les événements et ne sait plus toujours où elle en est. Elle vous demandera de faire une chose pour, l'instant d'après, vous reprocher de l'avoir faite. C'est normal. Elle passera d'une période calme à des phases d'angoisse sans prévenir. N'en rajoutez pas ! Votre simple présence d'homme calme et patient sera essentielle (l'essentiel même) du début à la fin de la grossesse.

Guide: 

Publié par Dr Renaud Guichard, chirurgien le Mercredi 10 Décembre 2003 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 30 Janvier 2015 : 14h56
PUB
PUB