Grossesse extra-utérine : à ne pas prendre à la légère
Publié le 22 Octobre 2003 à 2h00 par Dr Renaud Guichard, chirurgien
Dans les milieux chirurgicaux circule une boutade qui dit que " toute femme en âge de procréer ayant des douleurs abdominales ou des saignements est suspecte de grossesse extra-utérine (GEU) jusqu'à preuve du contraire ". Cela peut paraître bien excessif, mais il s'agit de diagnostiquer rapidement une pathologie grave pouvant avoir une issue fatale. La grossesse extra-utérine est en effet la première cause de mortalité chez la femme enceinte.

Deux examens de base pour diagnostiquer la grossesse extra-utérine

A ce stade, deux examens permettent de se faire une idée assez précise : le dosage d'hormone de grossesse (bêta HCG) et l'échographie.

- Un dosage positif d'hormone de grossesse confirme une grossesse et indique approximativement le stade de développement. Attention, ce dosage ne dit pas si la grossesse est en train de se développer ou au contraire en train de mourir. Il faut pour cela un deuxième dosage pour observer l'évolution du taux d'hormone.

- L'échographie permet de localiser une éventuelle grossesse et de dire (quand la grossesse est assez développée pour être détectée) si elle se trouve dans l'utérus ou dans une trompe. L'échographie détecte également un éventuel épanchement de sang dans la cavité abdominale qui pourrait faire suspecter une grossesse extra-utérine en train de se rompre.

Grossesse extra-utérine : des risques à court et long terme

Le risque immédiat d'une grossesse extra-utérine évolutive est un choc hémorragique. La trompe rompue par la grossesse qu'elle ne peut plus contenir saigne abondamment. Un traitement chirurgical en urgence s'impose.

Quand l'hémorragie n'est pas trop abondante, il est possible de traiter la grossesse extra-utérine par coelioscopie, plutôt que par une incision de la paroi abdominale (laparotomie). On pratique alors une incision de la trompe pour en sortir la grossesse extra-utérine. Il n'est parfois pas possible de conserver la trompe. De toute façon, conserver une trompe en mauvais état fait prendre un risque de nouvelle grossesse extra-utérine. En outre, la fertilité de cette trompe est diminuée.

Guide: