Evitez le piercing sous la lèvre !

Identitaire ou esthétique, le piercing en lui-même fait prendre des risques inutiles, où qu'il soit réalisé. Il existe toutefois des localisations plus à risques que d'autres. C'est le cas des parties génitales, très fortement déconseillé, et des piercings du cartilage. Les orthodontistes alertent sur une autre localisation dangereuse : le piercing sous la lèvre.
Publicité

Rappels concernant les risques du piercing

Le piercing peut entraîner divers types de complications :

Infections locales bactériennes (streptocoques, staphylocoques, pseudomonas…)

Infections virales (hépatites B et C, VIH, herpès, papillomavirus…).

Complications allergiques (inhérentes au matériau du bijou posé).

Hématomes, hémorragies.

Troubles de la cicatrisation.

Etc.

À noter que certaines complications sont spécifiques ou fortement augmentées en fonction de la localisation du piercing : cartilage (infection cartilagineuse), zones filtres (nez), nombril (macération), parties génitales…

Publicité
Publicité

Dans cette catégorie des risques spécifiques, il est nécessaire d'ajouter les piercings dits au labret, situés sous la lèvre inférieure ou au-dessus de la lèvre supérieure.

Attention au piercing de la lèvre !

Constatant les dégâts dans leur pratique quotidienne, les orthodontistes s'inquiètent : le piercing sous la lèvre peut affecter la santé dentaire.

En effet, les frottements incessants contre les dents et la gencive provoquent des dégâts irréversibles : ' dents qui perdent un pan d'émail, fractures dentaires, récession de la gencive, perte d'os jusqu'au déchaussement des dents ', précise la Fédération française d'orthodontie.

Si le mieux est de s'abstenir de tout piercing, pour ceux qui ne peuvent résister à la tentation de réaliser ce type de piercing, sachez que la pose nécessite une grande précision. Alors un conseil, avant de vous lancer, adressez-vous à un orthodontiste qui, seul, pourra déterminer l'emplacement optimal en fonction de votre anatomie.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 06 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 07 Avril 2016 : 12h47
Source : Communiqué de la Fédération française d'orthodontie (FFO), 3 juin 2009.