L'éclampsie

Un bon suivi médical de la femme enceinte et de simples mesures préventives permettraient d'éviter l'éclampsie, maladie grave de la grossesse susceptible de conduire au décès. Ce d'autant que celle-ci est précédée d'une première phase appelée « pré-éclampsie ».
Publicité

Quelles sont les causes de l'éclampsie ?

L'éclampsie est le stade le plus grave de l'hypertension pendant la grossesse. Le premier stade de la maladie s'appelle la « pré-éclampsie ». Elle a souvent lieu au cours du troisième trimestre. On connaît mal cette maladie mais il s'agit probablement d'un problème de compatibilité immunologique entre la femme et le bébé (rappelons que le bébé n'a pas le même patrimoine génétique que sa mère, même s'il en partage la moitié). Pour compenser, l'organisme maternel réagit en augmentant le débit sanguin pour le bébé, mais cela se transforme en hypertension artérielle maternelle. C'est pour cette raison d'incompatibilité immunologique que la pré-éclampsie apparaît le plus souvent lors de la première grossesse (lors des grossesses suivantes, l'organisme maternel est habitué au patrimoine génétique du père).

Les femmes souffrant avant la grossesse d'hypertension, de diabète ou de problèmes rénaux sont les plus touchées.

Eclampsie : quels sont les symptômes et quand consulter ?

La mesure de la pression artérielle avant la naissance est très importante, surtout pendant les derniers mois de grossesse. Les premiers symptômes de la pré-éclampsie sont la prise de poids et les œdèmes généralisés (rétention d'eau) ainsi que des urines mousseuses. Ces signes ou l'un de ces signes doivent conduire à consulter le plus tôt possible son médecin qui prendra la tension afin de déceler une hypertension artérielle et cherchera la présence de protéines dans les urines (bandelette urinaire). Si besoin, le médecin peut prescrire un traitement ou demander un avis spécialisé. Une échographie permet de mesurer le débit des artères destinées à l'alimentation du bébé pour déceler une éventuelle baisse de débit qui serait préjudiciable à son bon développement. La pré-éclampsie produit des toxines qui vont endommager la paroi des vaisseaux. Tous les organes peuvent être touchés, dont les reins ou le foie.

L'éclampsie proprement dite se manifeste par des convulsions (comme une crise d'épilepsie). Avant les convulsions, on voit apparaître des troubles visuels, des maux de tête et des douleurs abdominales. Une éclampsie grave peut provoquer une hémorragie cérébrale et entraîner la mort.

Guide: 

Publié par Dr Renaud Guichard, chirurgien le Mercredi 12 Novembre 2003 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 05 Février 2015 : 11h45
PUB
PUB