Rectocolite, douloureuse maladie de l'intestin

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Juin 2014 : 09h30
Mis à jour le Vendredi 07 Octobre 2016 : 19h41
-A +A

La rectocolite hémorragique fait partie des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), comme la maladie de Crohn.

On estime à 70.000 le nombre de Français atteints (autant d’hommes que de femmes).

Cette maladie auto-immune peut constituer un réel handicap dans la vie quotidienne.

Rectocolite hémorragique : une inflammation du rectum, parfois aussi du côlon

La rectocolite hémorragique (ou colite ulcéreuse) est une maladie chronique inflammatoire de l’intestin, qui touche toujours le rectum, mais qui peut aussi atteindre le côlon.

Cette maladie évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission.

A savoir :

Il ne faut pas confondre maladie de Crohn et rectocolite hémooragique : dans le premier cas, n’importe quel segment du tube digestif peut être touché, depuis la bouche jusqu’à l’anus.

Deux types de rectocolite hémorragique et des formes intermédiaires

On distingue deux types de rectocolite hémorragique, ainsi que des formes intermédiaires :

  • La rectocolite hémorragique distale qui touche le rectum et le côlon sigmoïde (60 % des cas de rectocolite).
  • La rectocolite hémorragique pancolique qui en plus du rectum touche la totalité du côlon (15 % des cas).

Dans 25 % des cas il s’agit d’une forme intermédiaire.

Les manifestations de la rectocolite hémorragique dépendent de l’extension de la maladie

Les symptômes sont très variables d’une personne à une autre, certaines pouvant mener une vie quasi normale, d’autres étant handicapées au quotidien :

  • Emission de sang rouge par l’anus (rectorragies).
  • Émission de glaire et de sang (rectocolites distales).
  • Selles fréquentes et urgentes.
  • Douleurs rectales.
  • Douleurs abdominales.
  • Fièvre.
  • Amaigrissement.
  • Fatigue.
  • Chez l’enfant : retard de croissance, retard de la puberté.
  • D’autres manifestations non intestinales peuvent survenir : articulaires, cutanées, oculaires, hépatiques.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Juin 2014 : 09h30
Mis à jour le Vendredi 07 Octobre 2016 : 19h41
Source : Association François Aupetit, www.afa.asso.fr. Société nationale française de gastroentérologie (SNFGE), www.snfge.org.
A lire aussi
La sigmoidïte aiguë diverticulaire : une maladie paradoxale Publié le 11/09/2000 - 00h00

Souvent mal connue, la sigmoïdite aiguë diverticulaire est une complication rare mais sérieuse d'une situation presque physiologique : la diverticulose. Par ailleurs, même si la chirurgie est souvent au rendez-vous, l'alimentation a également un rôle à jouer avant, pendant et après.

MICI : parlons-en ! Publié le 12/11/2010 - 10h00

Les Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales ou MICI, dont la plus fréquente est la maladie de Crohn, impactent profondément la qualité de vie des patients. Quand suspecter une MICI, quels en sont les conséquences et les traitements ? Côté Santé lève les tabous…

Plus d'articles