Dépression hivernale et dépression saisonnière

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 12 Décembre 2011 : 16h16
-A +A

Presque tout le monde connaît le "blues de l'hiver". Mais si ce "blues" empêche le sujet de vaquer à ses occupations habituelles pendant quelques mois, il s'agit peut-être d'une dépression hivernale, rarement diagnostiquée et traitée comme telle, bien qu'officiellement reconnue. La dépression hivernale se manifeste habituellement tous les ans à l'automne et disparaît au printemps. L'humeur du patient est normale en été, voire légèrement euphorique.

Dépression hivernale et dépression saisonnière : Comprendre

Il arrive que cette dépression ne se manifeste pas certaines années, mais il faut en avoir souffert deux ans de suite pour que le diagnostic soit valable. La dépression hivernale frappe trois femmes pour un homme, dans la trentaine surtout. Son incidence augmente à mesure qu'on se déplace vers le nord. Beaucoup moins fréquente, la dépression estivale apparaît quant à elle à la fin du printemps et disparaît à la fin de l'été. Elle est encore plus méconnue que la précédente.

Les symptômes de dépression saisonnière, souvent différents d'un patient à l'autre, sont les suivants :

  • tristesse pouvant aller jusqu'aux idées suicidaires ;
  • fatigue, propension excessive au sommeil ;
  • augmentation de l'appétit, envies compulsives de sucre et de féculents, gain de poids ;
  • perte de la libido (caractérise surtout la dépression hivernale) ;
  • manque d'énergie et de motivation ;
  • difficulté à s'acquitter des tâches quotidiennes (famille, travail, etc).

Dépression hivernale et dépression saisonnière : Causes

Dépression hivernale

  • sensibilité individuelle à la diminution de lumière ;
  • surproduction, l'hiver, d'une hormone appelée mélatonine, qui influence la diminution de la production de sérotonine, autre hormone régularisant l'humeur, l'appétit et la libido pendant les heures d'éveil ;
  • ralentissement de l'horloge biologique attribué au manque de lumière.

Dépression estivale

  • sensibilité individuelle à la chaleur et à la lumière ;
  • mécanisme inconnu à ce jour.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 12 Décembre 2011 : 16h16
Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
A lire aussi
Plus d'articles