Alzheimer, maladie d'Alzheimer

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 13 Novembre 2001 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 12 Juin 2014 : 15h06
-A +A

Nous ne savons pas encore guérir la maladie d’Alzheimer.

En revanche, grâce à une prise en charge adaptée initiée suffisamment tôt, il est possible d’assurer une meilleure qualité de vie au patient et à son entourage. L’objectif est de freiner l’évolution de la maladie d’Alzheimer afin de retarder l’entrée en établissement spécialisé.

Alzheimer, maladie d'Alzheimer : Comprendre

Au cours du vieillissement, le cerveau perd un peu de sa capacité à emmagasiner de nouvelles informations. Ce n'est pas forcément un signe de la maladie d'Alzheimer. Ainsi, il est normal qu'une personne âgée ait de temps à autre des oublis sans conséquence, comme par exemple ne plus se souvenir du nom des gens qu'elle vient de rencontrer ou omettre d'acheter certains produits chez l'épicier.

Cependant, si ces pertes de mémoire s'aggravent graduellement et que d'autres fonctions cognitives (le langage, l'écriture, l'orientation, le savoir-faire, le jugement et le raisonnement) sont atteintes au point de perturber la vie quotidienne et de diminuer l'autonomie, on parle alors de maladie neurodégénérative ou de démence. Il s'agit en fait de la mort progressive de certaines cellules du cerveau. Parallèlement, la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer garde une excellente mémoire des événements anciens qui ont jalonné sa vie.

La maladie d'Alzheimer est la démence la plus connue et la plus répandue.

Elle touche quelque 860.000 personnes en France. Elle survient rarement avant la soixantaine, âge à partir duquel la fréquence de cette maladie augmente fortement pour atteindre 15 % au-delà de 80 ans. Les femmes y sont plus sujettes que les hommes. En raison du vieillissement de la population, les cas augmentent : on s'attend à 1,3 million de personnes touchées d'ici 2020.

La maladie d'Alzheimer se manifeste ainsi :

  • perte de la mémoire à court terme (perte des souvenirs immédiats) ;
  • graduellement, ces pertes gagnent en fréquence et en gravité (par exemple, oublier le nom de ses proches) ;
  • difficultés à effectuer les tâches familières (ne plus savoir cuisiner, faire la lessive, bricoler, etc.) ;
  • désorientation dans l'espace et dans le temps (s'égarer dans son quartier, ne plus savoir comment rentrer chez soi par exemple) ;
  • jugement affaibli (ne pas se rendre compte de la gravité des symptômes, se vêtir de façon inappropriée, comme par exemple, enfiler un manteau d'hiver en plein été, etc.) ;
  • difficultés face aux notions abstraites (oublier la notion des chiffres, la signification des anniversaires, etc.) ;
  • objets égarés (ranger les objets dans des endroits saugrenus : le fer à repasser dans le congélateur, le linge sale dans les tiroirs de la cuisine, etc.) ;
  • changements d'humeur ou de comportement (passer très rapidement du calme aux pleurs et à la colère sans raison apparente, etc.) ;
  • changement de personnalité (changer totalement de caractère, avoir des comportements difficiles) ;
  • manque d'enthousiasme (devenir apathique, renfermé, ne pas reprendre goût à la vie).

Alzheimer, maladie d'Alzheimer : Causes

Les scientifiques ont montré que les cellules fabriquant l'acétylcholine (un neurotransmetteur ou messager permettant la communication entre les neurones) "mouraient" en nombre grandissant avec la progression de la maladie. Or sans acétylcholine, la communication entre les cellules devient impossible, ce qui explique la perte des fonctions cognitives.

Dans certains cas, il semble que des gènes héréditairement défectueux puissent être responsables de cette disparition progressive et prématurée.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 13 Novembre 2001 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 12 Juin 2014 : 15h06
Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001. Inserm, Alzheimer, avril 2009, http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/alzheimer. HAS, Maladie d’Alzheimer : du diagnostic à la prise en charge, Actualités & Pratiques n°46, février 2013, http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1341540/fr/maladie-dalzheimer-du-diagnostic-a-la-prise-en-charge. Ministère de la Santé, http://www.plan-alzheimer.gouv.fr/.
A lire aussi
Simples trous de mémoire ou maladie d'Alzheimer ? Publié le 12/03/2007 - 00h00

Oublier un code, perdre ses clés, se tromper de couloir de métro, ne pas se rappeler un numéro de téléphone… De tels troubles de la mémoire augmentent naturellement avec l'âge. Ils ne révèlent pas tous pour autant les prémices de la maladie d'Alzheimer. Alors sachez distinguer les vrais...

Vivre vieux ? Oui, mais en gardant toute sa tête ! Publié le 27/03/2002 - 00h00

Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de personnes sont atteintes de démence. Elles perdent alors leur capacité d'apprendre, de reconnaître ou de mémoriser. La médecine reste aujourd'hui encore impuissante à traiter ces maladies, mais on commence à connaître les facteurs...

Repérer la maladie d’Alzheimer sans se tromper Publié le 11/09/2015 - 07h45

Inattentions fréquentes, pertes d’objets répétées… la maladie d’Alzheimer semble une évidence. Pourtant, très souvent, ces signes sont simplement le reflet du vieillissement normal de la mémoire. Savoir repérer la maladie, c’est permettre un diagnostic précoce. Ou, à...

Plus d'articles