L'accès au dossier médical

Publié par Hopital.fr le Mardi 08 Janvier 2008 : 01h00
Mis à jour le Lundi 10 Janvier 2011 : 13h28
-A +A

Toute personne a accès à l'ensemble des informations le concernant, détenues par les professionnels de santé et qui ont contribué à l'élaboration et au suivi du diagnostic et du traitement. L'accès au dossier médical du patient peut désormais se faire directement ou par l'intermédiaire d'un praticien.

Qui peut demander l'accès au dossier médical ?

Tout patient peut demander l'accès à son dossier médical auprès du professionnel de santé ou de l'établissement de santé. A défaut du patient lui-même, cette demande peut-être effectuée par l'ayant droit du patient (en cas de décès du patient), par le titulaire de l'autorité parentale (pour les mineurs), par le tuteur (pour les personnes sous tutelle) ou par le médecin désigné comme intermédiaire. La communication du dossier médical doit intervenir au plus tard dans les huit jours suivant la demande et au plus tôt dans les 48 heures.

Si les informations du dossier médical du patient remontent à plus de cinq ans, ce délai est porté à deux mois. Cette période de cinq ans court à partir de la date à laquelle l'information médicale a été constituée.

Quelles sont les informations communicables ?

Toute personne a accès à l'ensemble des informations concernant sa santé, c'est-à-dire à toutes les données qui sont formalisées et ont contribué à l'élaboration et au suivi du diagnostic et du traitement ou à une action de prévention, ou ont fait l'objet d'échanges écrits entre professionnels de santé. Ceci correspond notamment aux résultats d'examen, aux comptes-rendus de consultation, d'intervention, d'exploration ou d'hospitalisation, aux protocoles et prescriptions thérapeutiques mis en oeuvre, aux feuilles de surveillance, ainsi qu'aux correspondances entre professionnels de santé, à l'exception des informations mentionnant qu'elles ont été recueillies auprès de tiers n'intervenant pas dans la prise en charge thérapeutique et des informations concernant des tiers.

Ces informations sont communicables quelle qu'en soit la forme (papier, support informatique...). La communication en langage clair (par exemple, par l'indication de la signification des codes utilisés) doit être conforme au contenu des enregistrements.

Guide: 

Publié par Hopital.fr le Mardi 08 Janvier 2008 : 01h00
Mis à jour le Lundi 10 Janvier 2011 : 13h28
A lire aussi
La malade a le droit de savoir ! Publié le 21/05/2002 - 00h00

Afin d'améliorer la transparence qui entoure les soins prodigués aux malades, le gouvernement vient d'émettre un décret qui définit le droit d'accès aux informations médicales personnelles détenues par les professionnels et les établissements de santé.

Les droits des patients en psychiatrie Publié le 11/01/2008 - 00h00

Toute personne hospitalisée a un certain nombre de droits, qui ont été renforcés par la loi du 4 mars 2002 et la " Charte de la personne hospitalisée". Ils sont abordés en détail dans la rubrique « les droits de l’usager ».

La loi sur la fin de vie est entrée en application Publié le 13/02/2006 - 00h00

La loi sur le droit des malades et la fin de vie est désormais applicable dans son intégralité. On peut donc exprimer sa volonté de fin de vie mais la décision ultime revient au médecin. Toutefois, le code déontologique lui impose de s'abstenir de toute obstination thérapeutique...

Une loi donnant "le droit de mourir dans la dignité" Publié le 08/09/2004 - 00h00

La proposition de loi de la mission parlementaire sur l'accompagnement en fin de vie sera examinée à l'Assemblée nationale d'ici fin 2004. Il ne s'agit pas de dépénaliser l'euthanasie, mais de clarifier la loi. Pour Philippe Douste-Blazy, « il persiste autour de la fin de vie une hypocrisie...

Plus d'articles