Paranoïa : d'un délire à l'autre

Synonyme de folie et de dérèglement de l'esprit en grec, le terme “paranoïa” est aujourd'hui couramment utilisé pour désigner des personnes qui se méfient de tout. En réalité, il concerne les sujets atteints de psychose paranoïaque, une maladie mentale grave et difficile à soigner.
Publicité

Une personnalité paranoïaque peut commencer à se manifester pendant l'enfance ou l'adolescence par une attitude de repli solitaire et des relations difficiles avec autrui, une anxiété en société, une hypersensibilité. Elle est caractérisée par une surestimation de soi, un orgueil démesuré, une absence de remise en cause de soi-même et de ses opinions. Les personnalités paranoïaques sont autoritaires, susceptibles, méfiantes et parfois agressives. Elles sont plus fréquemment des hommes, et ces traits de caractère peuvent ne pas s'aggraver au cours d'une vie. Mais dans certains cas, un véritable délire paranoïaque va s'installer à l'âge adulte et constituera dans ce cas une psychose chronique : la paranoïa.

Les délires paranoïaques :

Cliniquement parlant, la paranoïa peut développer différents thèmes de délires. Leur point commun : une perception ou un fait est interprété de manière erronée. Se greffe ensuite une construction logique sur cette base fausse. Dans le délire de jalousie, le malade éprouve une jalousie pathologique sans rapport avec le comportement de la conjointe, dont tous les faits et gestes seront interprétés comme une preuve d'infidélité. Dans le délire de persécution, le paranoïaque croit être la cible d'un complot, pense être mis sur écoute, poursuivi. Le paranoïaque vivant un délire de revendication va lancer et s'éreinter dans des procédures contre ses voisins, médecins, employeurs, institutions...pour réparer des torts minimes. Le délire érotomaniaque concerne plus souvent les femmes qui se croient aimées d'un homme d'un rang social élevé, comme un acteur, un personnage politique…Un délire va s'organiser en plusieurs phases pouvant aboutir à de la violence de la part de la paranoïaque. D'autres encore organisent leurs délires autour d'un système politique (certains chefs militaires) ou religieux (leaders de sectes).Le délirant conserve tous ses traits de personnalité paranoïaque, et se montre de surcroît procédurier, entêté, souvent méprisant et parfois dangereux en fonction du thème de son délire.

Le traitement :

Lorsque le délire est dans sa phase la plus intense, le malade doit souvent être hospitalisé en milieu psychiatrique. Conservant toutes ses capacités intellectuelles, le paranoïaque ne se sent jamais malade et refuse souvent le traitement. Une vie professionnelle et sociale qui «fonctionne» est donc tout à fait possible. Mais comme le paranoïaque ne fait confiance à personne, les menaces de crise grave et de passage à l'acte, qu'il s'agisse d'agressivité autodestructrice ou envers autrui, risquent d'échapper à ses proches. Il faut donc être attentif à la répétition ou l'accumulation des symptômes repérables.

Guide: 

Publié par Psychonet Production le Jeudi 10 Janvier 2002 : 01h00
Mis à jour le Mardi 30 Octobre 2012 : 19h25
PUB
PUB