Grossesse et voyage

Voyager et utiliser les divers moyens de transport fait partie de la vie moderne. Chez la femme enceinte, il faut différencier ce qui relève de la nécessité de ce qui relève du loisir. Dans ce deuxième cas, les risques doivent être soigneusement pesés, surtout en ce qui concerne les voyages internationaux. Les risques sont globalement de trois ordres : les transports, les risques infectieux du pays visité et les infrastructures de santé locales.
Publicité

Les conseils " quotidiens "

Aucun mode de transport relevant de la vie quotidienne n'est a priori contre-indiqué chez la femme enceinte, mais un peu de bon sens est nécessaire. Pour se rendre à son travail, il y a souvent le choix entre la voiture et les transports en commun. L'un et l'autre peuvent être aussi bien un moment de détente qu'une grande source d'énervement et de fatigue. Les correspondances et attentes de bus et métros divers sont autant de phases potentiellement en position debout, ce qui est mauvais pour les veines des jambes. Aux heures de pointe, les places assises sont rarement libres, ainsi que celles réservées aux femmes enceintes. Ne comptez pas sur l'aide des gens, elle est loin d'être systématique. En voiture, les périodes de ralentissement à l'entrée et à la sortie des grandes villes sont sources d'énervement et surtout d'accidents, même minimes. N'oubliez pas par ailleurs que le port de la ceinture de sécurité n'est pas contre-indiqué pendant la grossesse mais obligatoire parce qu'un accident de la circulation est bien plus dangereux pour la grossesse et la future mère sans ceinture.

Les conseils " internationaux "

  • Au-delà du septième mois de grossesse, la plupart des compagnies aériennes refusent les femmes enceintes (risque d'accouchement prématuré).
  • Le premier trimestre de grossesse est également déconseillé en raison du risque de fausse-couche (non pas que le voyage en question puisse provoquer une fausse-couche, mais surtout pour le risque de complications si ce problème arrive en secteur sanitaire déficient).
  • Le deuxième trimestre est donc le meilleur moment pour les voyages internationaux.
  • En avion, il faut respecter « a fortiori » les règles habituelles du passager, à savoir une bonne hydratation (hors alcool évidemment), une marche régulière en cabine pour éviter les risques de phlébite et une bonne mobilisation des membres inférieurs.
  • Les vaccins Dyphtérie, Tétanos, Polyo et hépatite B doivent être à jour.
  • De nombreux vaccins dont celui contre la fièvre jaune sont contre-indiqués chez la femme enceinte.
  • Il est donc à plus forte raison, déconseillé de se rendre dans un pays ou sévissent des maladies telles que hépatite A, méningite, typhoïde, fièvre jaune (risque de maladie et pas de prévention possible).
  • Remarque quasi identique pour tous les pays où le paludisme est présent. Il y a tout d'abord un risque grave pour le foetus en cas de paludisme, et en plus, seuls certains médicaments antipaludéens (même en prophylaxie) peuvent être utilisés mais, pas forcément disponibles dans le pays considéré.
  • Le cas des moustiques est particulier. On en trouve en effet également dans des pays moins exotiques comme le Canada ou les Pays Nordiques. Les répulsifs n'ont pas fait la preuve de leur innocuité chez la femme enceinte. Ils ne peuvent donc être conseillés, sauf certains à base de plante qui peuvent être donnés aux jeunes enfants et aux femmes enceintes (mais sont-ils vraiment efficaces ?). D'autres mesures telles que moustiquaires, vêtements couvrants doivent être mises en oeuvre.
  • L'exposition au soleil, déjà déconseillée en France en raison du risque de chloasma (masque de grossesse ou taches de coloration permanente et définitive de la peau notamment du visage), l'est encore plus en pays ensoleillé.
  • La diarrhée du voyageur est source de déshydratation et peut provoquer une baisse de débit sanguin du placenta et des déséquilibres ioniques graves aussi bien pour la mère que pour le foetus. Les précautions et conseils habituels à ce propos sont à suivre avec la plus grande rigueur.
  • Les randonnées ou voyages en altitude sont déconseillés en raison du risque du mal des montagnes et d'hypoxie (baisse du taux sanguin en oxygène).
  • Les maternités françaises sont parmi les premières au monde en termes de sécurité pour la mère et l'enfant. Vous avez donc de forts risques de trouver des structures obstétricales n'étant pas « aux normes » et parfois dangereuses en dehors des pays dits « occidentaux ».

Guide: 

Publié par Dr Renaud Guichard, chirurgien le Mercredi 07 Janvier 2004 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 14 Janvier 2016 : 12h41
PUB
PUB