Les fausses couches du premier trimestre
Les fausses couches du premier trimestre surviennent en moyenne sur 15 % des grossesses. Leur fréquence est même sous-estimée, car il est difficile de comptabiliser le nombre d'avortements très précoces survenant avant ou au moment des règle et passant ainsi inaperçu. Certaines études estiment ainsi jusqu'à 70 % les échecs d'implantation d'œufs normalement fécondés. La survenue d'une fausse couche est donc un évènement fréquent pouvant toucher toutes les femmes sans qu'aucun trouble de la fertilité ne soit en jeu.
© Istock
Sommaire

Quel est le bilan à faire ?

  • Aucun bilan n'est nécessaire après une première fausse-couche.
  • Un bilan ne sera proposé que dans les rares cas de fausses-couches à répétition (à partir de la troisième fausse-couche) afin d’en déterminer la cause, mais celle-ci est rarement identifiée. Un traitement peut alors être envisagé comme une chirurgie par exemple dans le cas d’une malformation utérine, ou un cerclage en cas de béance du col.

La fausse-couche tardive

Le risque de fausse-couche diminue avec le temps et chute de manière spectaculaire après la 12ᵉ semaine d’aménorrhée. Ainsi, seules 1% des grossesses se solde par une fausse-couche tardive, c’est-à-dire après le 1ᵉʳ trimestre. Au-delà de 24 semaines d’aménorrhée, le fœtus perdu est considéré comme un enfant mort-né. La cause est systématiquement recherchée afin de prendre les éventuelles mesures limitant le risque de récidive.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :
Sur le même sujet