Dépistage du sida : bientôt généralisé mais toujours volontaire

Le ministre de la Santé Roselyne Bachelot-Narquin a l’intention d’élargir le dépistage du VIH à la population générale. Cette stratégie s’inscrit dans le plan Sida 2010-2014 et repose sur la recommandation de la Haute Autorité de Santé (HAS).

Publicité

Ainsi en pratique, le test de dépistage du sida ne sera plus uniquement proposé aux sujets les plus exposés (homosexuels masculins, utilisateurs de drogues injectables), mais à toute personne âgée de 15 à 70 ans, indépendamment de tout comportement à risque. La démarche reste volontaire. Mais même en l'absence de risque, à chacun de mener à bien sa démarche de dépistage.

L’objectif est de réduire de 50%, le nombre de nouveaux cas d’ici 2015. Or on estime qu’un tiers des 150.000 séropositifs en France ignorent être porteurs du VIH. Autrement dit, quelque 50.000 personnes sont contaminées sans le savoir.

Publicité
Publicité

Dès le mois de décembre, une campagne nationale d’information appellera tous les professionnels de santé à proposer le test à leur patient, sans obligation.

Un 2e axe du plan cible les personnes ayant des comportements à risque (notamment les homosexuels qui ont deux cents fois plus de risque d’être contaminés que les hétérosexuels), et les territoires d’Outre-mer. Afin de faciliter la démarche volontaire, il est prévu d’ouvrir une dizaine de centres de dépistages communautaires, où le test sera effectué par un militant associatif formé.

A savoir : Dans tous les cas, il reste fortement recommandé de faire un test du Sida (et de l’hépatite B) en cas de désir de continuer une relation amoureuse sans préservatif dans le cadre d’une relation durable.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 07 Octobre 2010 : 14h36
Mis à jour le Jeudi 07 Octobre 2010 : 14h36
Source : Egora, 6 octobre 2010.
PUB
PUB