La conception : les bases physiologiques
Les récents progrès scientifiques et médicaux ont permis une meilleure compréhension des mécanismes naturels qui aboutissent à la conception d'une grossesse. Grâce à ces connaissances, l'aide à la procréation a rapidement progressé et offre actuellement aux couples désirant un enfant de nombreuses solutions.
Sommaire

3. La nidation

- Une fois arrivé dans l'utérus, l'œuf va s'implanter dans l'endomètre en s'enfouissant dans la muqueuse selon des mécanismes complexes. Cette implantation est appelée nidation et survient généralement entre le 5ème et le 8ème jour. L'œuf ne peut s'implanter dans l'endomètre que si celui-ci est réceptif : sous l'influence des sécrétions ovariennes, la muqueuse utérine est épaisse et richement vascularisée. La sécrétion de progestérone par le corps jaune aide cette implantation à se maintenir.

- La nidation est donc un phénomène complexe et un moment critique avec un risque d'échec important. En effet, pour que l'implantation se réalise, il faut à la fois un embryon de bonne qualité (sans anomalie chromosomique), un équilibre hormonal satisfaisant et un endomètre de bonne qualité. Le taux d'échec d'implantation naturel est probablement élevé, ce qui est vérifié en cas de fécondation in vitro lorsque les embryons obtenus in vitro sont transférés dans la cavité utérine.

- Une fois la nidation effectuée, l'embryon va poursuivre sa division cellulaire, consolider son implantation, mêler ses cellules trophoblastiques (qui donneront le placenta) aux vaisseaux maternels sanguins et se maintenir durant les neuf mois de la grossesse.

- L'hormone chorionique HCG commence à être sécrétée par les futures cellules placentaires dès le 9ème jour. Sa détection à partir de la 2ème semaine de grossesse permet de faire les tests de grossesse.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :