Trois semaines pour un coeur en forme

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 11 Février 2004 : 01h00
-A +A
Trois semaines, c'est la durée habituelle des programmes de rééducation cardiaque prescrits à la suite d'un infarctus du myocarde. Leur bénéfice est majeur et gageur de reprise d'une activité normale.

Le repos au lit pour récupérer tranquillement après un infarctus du myocarde, c'est fini. Pourquoi ? Parce que rien n'est plus dangereux pour un cardiaque que l'inactivité ! C'est en effet l'effort physique qui permet de développer les artères coronaires et de ce fait de bien oxygéner le coeur à tout moment. Bien entendu, l'idéal est d'organiser la reprise d'activité dans le cadre d'une rééducation permettant à la fois une bonne surveillance du patient et un réel entraînement physique. La composante collective de ces séances est essentielle pour le moral et le partage d'expérience.

Tout d'abord un bon bilan

Dès l'admission dans le centre, commence un bilan approfondi dont l'examen le plus important sera l'électrocardiogramme d'effort permettant de savoir où vous en êtes. Cet enregistrement servira de référence pour mesurer vos progrès à la fin du séjour.

C'est la reprise tranquille mais déterminée de l'activité qui prend ensuite le relais, la gymnastique étant au premier plan. Pour beaucoup, les douleurs articulaires et musculaires sont une découverte : la sédentarité cela se paye tôt où tard ! Mais les douleurs s'estompent rapidement avec l'entraînement et c'est la forme qui revient. A la fin de la première semaine, les ballades tranquilles à l'extérieur deviennent possibles.

Le sommeil est ensuite un objectif-clé de cette première semaine : la semaine d'hospitalisation en unité de soins intensifs et en service de cardiologie a été éprouvante et en cas d'opération pour pontage, la cicatrice oblige de dormir sur le dos. Or le sommeil est le meilleur des moyens de récupération et sa qualité devient donc une priorité. La prise d'un somnifère, voire de tranquillisants, permet de passer ce cap s'il le faut.

Le règne de la petite reine

Le vélo est l'appareil le plus utilisé au cours de la deuxième semaine, son usage permettant de monter progressivement le travail physique réalisé. Il permet aussi d'adapter l'effort à la fréquence cardiaque, certains programmes, dit automatiques, réglant le frein du vélo sur la fréquence retenue. La gymnastique continue ainsi que l'entraînement à la marche qui va maintenant se faire par séances de ¾ d'heure sur des terrains plus variés.

L'éducation prend de plus en plus de place et, si la première semaine on vous informait sur la maladie, maintenant la priorité est à la prévention secondaire, c'est-à-dire à la prévention de la rechute. Apprendre à faire ses courses, à choisir ses plats, à cuisiner, bref à éviter les sucres inutiles et les graisses animales tout en privilégiant les fruits et légumes, est le fondement de la diététique du coeur. Les méfaits du tabac, de l'inactivité et du stress sont aussi traités de manière à éviter les modes de vie dangereux. L'objectif est clairement d'apprendre à vivre en faisant de son corps son meilleur ami : après avoir été négligé pendant de nombreuses années, il s'est rappelé à vous par un infarctus. Maintenant, il faut être plus soigneux et respectueux de soi-même et découvrir une nouvelle façon d'être heureux, plus vraie et moins artificielle.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 11 Février 2004 : 01h00
A lire aussi
Reprendre le sport, oui mais comment ? Publié le 12/06/2006 - 00h00

La pratique du sport, ou d'une bonne activité physique, est excellente en prévention du cancer, de la maladie d'Alzheimer et de l'infarctus. Reste qu'il faut s'y atteler et que ce n'est pas évident… Les conseils du Dr Philippe Presles, co-auteur du livre « Prévenir ».

Plus d'articles