Naître dans l'eau

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 22 Octobre 2004 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 10 Août 2012 : 10h44
-A +A

Très pratiqué dans les pays d'Europe du Nord, l'accouchement dans l'eau est encore très peu répandu chez nous. Selon les adeptes, cette méthode ne manque pas d'intérêt: diminution de la durée de l'accouchement, de l'intensité des contractions, du recours à la péridurale, etc.

Nos maternités s'équipent

L'accouchement est le plus souvent pris en charge de façon médicalisée, associant la position sur table d'opération, avec une péridurale et uneépisiotomie. L'accouchement aquatique est une alternative qui se répand dans les pays occidentaux: 8.255 femmes ont pris un bain chaud pendant le travail et 4.494 ont donné naissance dans l'eau entre 1992 et 1993, en Angleterre et au Pays de Galles. Si nous atteignons difficilement ce niveau, de nombreuses maternités s'équipent en baignoire de relaxation et les accouchements dans l'eau se développent.

L'Association française de naissance aquatique (AFNA) a été fondée en 1999, dans le but de développer l'accouchement aquatique. Nombre d'informations sont divulguées sur son site internet. Par exemple, on y apprend que les centres de naissance annonçant leur pratique (nouvelle) d'accouchement aquatique sont de plus en plus nombreux, mais que le plus souvent, l'eau n'est utilisée que pour ses bienfaits relaxants pendant le travail et non lors de l'accouchement. C'est ainsi que le Dr Thierry Richard, gynécologue obstétricien et président de l'AFNA, n'a recensé que quatre lieux en France réalisant, dans le vrai sens du terme, des naissances aquatiques:

  • Clinique du Champ Fleuri à Decines, près de Lyon.
  • Maternité d'Arcachon.
  • Centre hospitalier de Guingamp (22).
  • Polyclinique d'Oloron (64).

Quels sont les intérêts médicaux de cette méthode ?

  • Une amélioration de l'élasticité du périnée durant l'accouchement, ce qui a pour effet de diminuer considérablement le recours à l'épisiotomie (incision préventive du périnée).
  • Une diminution de la durée de l'accouchement et de l'intensité des contractions. En effet, le col de l'utérus se dilatant beaucoup plus rapidement, la maman souffre moins et pendant moins longtemps.
  • C'est ainsi que les recours aux péridurales, aux forceps ou aux césariennes sont moins fréquents.

Guide: 

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 22 Octobre 2004 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 10 Août 2012 : 10h44
A lire aussi
Accouchement dans l’eau : pour qui, pourquoi ? Publié le 04/01/2011 - 12h27

Certaines futures mamans, qui désirent renouer avec un accouchement moins médicalisé, optent aujourd’hui pour l’accouchement dans l’eau. Un accouchement sans péridurale, mais dont la douleur est atténuée par les vertus du milieu aquatique.

Faut-il avoir peur de l'épisiotomie ? Publié le 10/06/2012 - 22h00

L’épisiotomie lors de l’accouchement est souvent redoutée par les femmes. Il est vrai qu'elle n'est pas toujours une partie de plaisir…Pour autant, cette intervention est pratiquée dans le but de réduire les risques pour la mère et l’enfant.Petit point pour mieux connaître...

La césarienne, une intervention de plus en plus fréquente Publié le 16/07/2001 - 00h00

Les accouchements par césarienne sont de plus en plus nombreux dans notre pays. Réalisés pour préserver la vie de la maman et du bébé, ils ont des indications bien précises, posées avant l'accouchement (césariennes programmées) ou au cours de celui-ci (césariennes en urgence). Il s'agit...

9e mois de grossesse : la délivrance ! Publié le 21/08/2006 - 00h00

Ouf, bientôt l'accouchement, votre corps est lourd et las. Mais parallèlement, l'inquiétude monte, comment va se dérouler l'accouchement et comment allez-vous gérer l'arrivée de ce nouveau membre de la famille ?

Plus d'articles