La cleptomanie : quelle thérapie ?

Publié par Cécile Margain le Jeudi 25 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Lundi 10 Mai 2004 : 02h00
-A +A
La cleptomanie, impulsion régulière à voler, constitue avant tout un besoin compulsif irrépressible. Une compulsion qui n'est que le symptôme de maux psychiques plus ou moins " graves ", qu'il importe de déceler pour guérir...

Des malades peu enclins à se faire soigner

La cleptomanie fait partie des troubles du contrôle des impulsions. Le cleptomane obéit en effet constamment à un besoin irrépressible de voler, qui met fin à une lutte douloureuse entre sa conscience et cette obsession. Un comportement qui peut entraîner des conséquences judiciaires et qui explique pourquoi cette maladie est encore peu connue et donc peu aisée à traiter. En effet, les cleptomanes viennent rarement suivre une thérapie : « Tous les comportements impulsifs nourrissent de la honte, explique Michel Lejoyeux, psychiatre. C'est encore plus compliqué pour ces malades d'en parler et donc pour nous de comprendre le problème. »

Chercher les autres problèmes...

Le psychanalyste Sandor Ferenczi, contemporain de Freud, assimile le cleptomane à un toxicomane qui tente de combler un sentiment de vide. La guérison implique donc l'identification et la neutralisation des causes psychiques de la cleptomanie. « Dans un cas de cleptomanie, nous allons surtout chercher les autres problèmes, remonter à l'origine d'un état anxieux et évaluer les liens avec son comportement impulsif, développe Michel Lejoyeux. Si nous découvrons une dépression, nous la traitons et, très souvent la « manie du vol » disparaît avec elle. » Bref, avant proposer une thérapie au cleptomane, il faudra déceler, dans son histoire, les raisons de sa propension à se mettre en danger, signe d'un état de détresse…

Guide: 

Publié par Cécile Margain le Jeudi 25 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Lundi 10 Mai 2004 : 02h00
A lire aussi
Les fous du travail Publié le 22/01/2003 - 00h00

Les « RTT » ou récupération du temps de travail, ils ne connaissent pas. Ils travaillent sans compter ; ils ont en permanence, à portée de main, au bureau, à la maison ou en déplacement, un ordinateur, un téléphone portable, un dictaphone. Rien ne les arrête. Drogués du travail, ils sont...

Fièvre acheteuse : comment en guérir ? Publié le 15/01/2003 - 00h00

Si les symptômes de la fièvre acheteuse n'ont rien de très conventionnels (ni maux de tête ni alitement), les conséquences n'en sont pas moins alarmantes : découverts répétés, interdits bancaires, surendettement dans les cas les plus épineux. Comme toute maladie, un traitement s'impose...

Interview : La fièvre acheteuse cache un mal être ? Publié le 15/01/2003 - 00h00

Ce n'est pas parce qu'on dégaine occasionnellement sa carte bleue lors d'un après-midi shopping entre copines qu'on est forcément une dépensière compulsive. Acheter, se faire plaisir, n'a rien en soi de pathologique... à condition de ne pas dépasser certaines bornes et d'éviter de se...

Plus d'articles