Bébé a du mal à faire ses nuits

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 24 Février 2005 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 16 Avril 2015 : 16h42
-A +A
Réveils nocturnes et difficultés d'endormissement sont fréquents chez les très jeunes enfants. Habitudes d'endormissement inadéquates, prises alimentaires nocturnes ou erreurs alimentaires sont le plus souvent à l'origine. Une fois le problème identifié, il est assez facile d'y remédier.

Les éveils nocturnes sont fréquents chez les nourrissons

A la naissance, le rythme veille/sommeil est d'environ quatre heures. Progressivement, il évolue vers un rythme de 24 heures. Différents facteurs contribuent à cette évolution : la relation avec la mère, l'alternance jour/nuit, la régularité des prises alimentaires, des promenades, des échanges, puis les heures de sieste, de coucher et surtout de réveil matinal.

Si la majorité des enfants font leurs nuits entre 3 et 6 mois, beaucoup présentent des éveils nocturnes jusqu'à l'âge de trois ans. Ces éveils sont dits physiologiques, c'est-à-dire normaux. Ils surviennent généralement entre minuit et cinq heures du matin. Il semblerait que les enfants de 2-3 mois nourris au sein se réveillent plus facilement lors d'un sommeil agité que les enfants nourris au biberon (1). Ce phénomène pourrait constituer une protection vis-à-vis du syndrome de mort subite du nourrisson.

Les difficultés d'endormissement

Tout comme les éveils nocturnes, les difficultés à s'endormir sont fréquentes chez les jeunes enfants.

Le plus souvent, des facteurs environnementaux en sont à l'origine :

  • Habitudes d'endormissement inadéquates : bébé n'a pas appris à s'endormir seul sans ses parents, il a pris l'habitude d'être bercé, promené en voiture, il a besoin d'un biberon, etc.
  • Absence du rituel du coucher : le moment du coucher est très important, il doit être de qualité et régulier (activités calmes, horaires fixes, lecture, câlin, échanges verbaux).
  • Prises alimentaires nocturnes : il ne faut pas laisser un biberon en libre-service la nuit. Lorsque la quantité de liquide ingérée pendant la nuit (eau, lait, sirop) dépasse 200 g, la distension vésicale provoquée par l'excès de liquide multiplie les éveils. En dehors de cet effet, bébé ne doit pas prendre l'habitude de s'alimenter durant la nuit.

Guide: 

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 24 Février 2005 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 16 Avril 2015 : 16h42
A lire aussi
Les troubles du sommeil de l'enfant Publié le 26/10/2001 - 00h00

Les troubles du sommeil sont relativement fréquents chez le jeune enfant et ne deviennent véritablement ennuyeux que s'ils se répètent fréquemment. Le plus souvent, ils sont l'expression des angoisses que peut ressentir l'enfant face à une situation conflictuelle, notamment au sein de la...

Pourquoi notre sommeil change avec l'age ... Publié le 15/06/2009 - 00h00

Avec l'âge, le sommeil évolue et finit par présenter de nombreuses caractéristiques qui le distinguent du sommeil des plus jeunes. On retiendra facilement qu'avec l'âge, on rêve de moins en moins, mais il existe bien d'autres différences.

Sommeil d'enfant : une histoire de famille Publié le 06/09/2005 - 00h00

Dès la naissance, les nuits blanches éprouvent les parents. Ensuite, il faut organiser et pérenniser le rituel du coucher. Cette histoire de famille est particulièrement importante et consiste à apporter une sécurité affective.

Plus d'articles