Verrues génitales ou condylomes : raison de plus de se faire vacciner !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 06 Octobre 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 03 Mai 2016 : 16h38
-A +A
Lorsqu'on parle du vaccin contre les papillomavirus et le cancer du col de l'utérus, on oublie bien souvent de mentionner que ce vaccin recommandé aux jeunes filles par les autorités de santé protège également contre les verrues vaginales ou condylomes, des affections sexuellement transmissibles de plus en plus fréquentes...

Le vaccin contre le cancer du col de l'utérus protège également contre les condylomes ou verrues génitales

Le cancer du col de l'utérus est dû à des virus appartenant à la famille des papillomavirus. Deux types de papillomavirus sont responsables de la grande majorité des cancers du col, les types 16 et 18. C'est la raison pour laquelle les vaccins protègent contre ces deux souches virales. Mais le vaccin dénommé Gardasil® est aussi dirigé contre deux autres souches de papillomavirus : les types 6 et 11. Quel est l'intérêt d'offrir cette protection virale supplémentaire ? Certes, les souches 6 et 11 contribuent, elles aussi, un peu au cancer du col de l'utérus, mais bien plus aux verrues génitales.

Les condylomes sont des infections sexuellement transmissibles en très forte progression

Les condylomes sont des infections sexuellement transmissibles. Ils se contractent chez les adultes jeunes, hommes et femmes, lors d'un rapport sexuel quel qu'il soit. Et ce, très facilement, puisque le risque pour qu'une personne porteuse de condylome transmette cette affection après un seul rapport est de l'ordre de 60 à 70%. Certes, l'emploi du préservatif diminue le risque de transmission mais ne protège pas complètement. Or les condylomes sont très fréquents et le nombre de cas s'est très fortement accru depuis le milieu des années 80. 1% de la population sexuellement active (de 18 à 49 ans) serait atteinte de condylomes.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 06 Octobre 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 03 Mai 2016 : 16h38
Source : Le Quotidien du médecin, EBCOG - European Borad and College of Obstetrics and Gynaecology, Lisbonne, 4-8 mars 2008.
A lire aussi
Est-ce un condylome, une verrue génitale ? Publié le 04/01/2012 - 12h08

Les condylomes génitaux, aussi appelés verrues génitales ou "crêtes de coq", sont extrêmement fréquents dans la population sexuellement active. Généralement bénignes, les verrues génitales sont cependant inconfortables et très contagieuses, ce qui justifie leur prise en charge rapide.

Plus d'articles