Tout savoir sur le fièvre jaune

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 20 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 22 Juin 2016 : 12h59
-A +A

La fièvre jaune est une maladie décrite depuis plusieurs siècles. Elle est due au virus amaril, transmis à l'homme par des piqûres de moustiques, et provoque parfois de graves épidémies en Afrique Tropicale et en Amérique du Sud. Les symptômes qu'elle provoque sont de gravité très variable : de la simple grippe, à la maladie gravissime qui peut tuer. Le terme de fièvre jaune vient de la jaunisse, qui survient chez certains malades.

Qu'est-ce que la fièvre jaune Comment se transmet la maladie ? Quel traitement ? La vaccination Les autres méthodes de prévention

Qu'est-ce que la fièvre jaune

Malgré l'existence d'un vaccin sûr et efficace, produit depuis la fin des années 1930, le nombre de personnes atteintes dans le monde a augmenté depuis une vingtaine d'années, et la fièvre jaune pose actuellement de sérieux problèmes de santé publique. Le microbe responsable est un virus de la famille des Flavivirus, transmis à l'homme par la piqûre de moustiques. Deux types génétiques différents sont actifs en Afrique : l'un à l'Est et l'autre à l'Ouest. Deux autres types génétiques sont présents en Amérique du Sud, mais depuis 1974, un seul a été rendu responsable de flambées épidémiques de la maladie. Le point important est qu'on ne dispose malheureusement d'aucun médicament capable de tuer le virus, de diminuer sa multiplication ou de s'opposer à ses effets. Après avoir été injecté dans l'organisme par des moustiques, le virus ne cause aucun symptôme pendant une période d'incubation de 3 à 6 jours. Dans certains cas, les personnes atteintes ne ressentent jamais aucun symptôme. Mais en général, une phase aiguë survient ensuite, avec une fièvre à 39° ou 40°C, des douleurs musculaires (en particulier mal de dos), des maux de tête, des frissons, une perte d'appétit, des nausées et parfois des vomissements. Normalement, en cas de fièvre, la fréquence cardiaque (le pouls) s'accélère. Mais dans le cas de la fièvre jaune, elle devient parfois étonnamment lente. Lorsque la phase aiguë n'est pas très violente, elle peut être difficile à distinguer d'une banale grippe. Les symptômes s'améliorent généralement au bout de 3 à 4 jours jusqu'à disparaître. Mais 24 heures plus tard, près de 15% des malades entrent alors dans la « phase toxique » de la maladie. La fièvre réapparaît, la peau et le blanc des yeux du malade deviennent jaune vif, les maux de ventre reviennent, avec des vomissements. Des saignements peuvent survenir, par la bouche, le nez, les yeux ou l'estomac. Le fonctionnement des reins se détériore. Environ la moitié des malades entrés dans cette « phase toxique » décèdent. L'autre moitié se remet difficilement de cette maladie.

retour au sommaire

Comment se transmet la maladie ?

Le virus se développe chez l'homme et chez certains singes. Il est transporté des uns aux autres par des moustiques de différentes espèces, vivant en milieu sauvage ou habité. Les moustiques peuvent aussi transmettre les virus à leurs oeufs, qui, très résistants, sont capables d'attendent la saison des pluies suivante pour éclore. Le virus peut ainsi survivre d'une année sur l'autre. La transmission des virus par les moustiques fournit un moyen de lutte préventive contre la fièvre jaune : la lutte contre les moustiques. Certains programmes de santé publique étaient parvenus à les éliminer de certaines régions d'Amérique du Sud. Hélas, nombre d'entre eux ont été peu à peu abandonnés ; les populations de moustiques ont à nouveau augmenté, accroissant ainsi les risques de poussées épidémiques.

retour au sommaire
Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 20 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 22 Juin 2016 : 12h59
Source : " Fièvre jaune ", In Gentillini M. et Duflo B. " Médecine tropicale ", Flammarion Médecine-Sciences, Paris 1982 : 377-382 ; Organisation mondiale de la santé " Yellow fever " Fact Sheet N°100, Août 1999, http://www.who.int/inf-fs/en/fact100.html ; " Yellow fever”, In U.S. Department of health and human services (DHHS) ; "Health information for international travel, 1999-2000 " DHHS éd., Atlanta(USA) 1999 : 152-155, http://www.cdc.gov/travel/yellowbk99.htm ; " Fièvre jaune " In Direction générale de la santé - Comité technique des vaccinations " Guide des vaccinations " Ministère de la santé /l'Assurance maladie / Comité français d'éducation pour la santé éditeurs, Paris 1995 : 164-169.
A lire aussi
Attention aux moustiques ! Publié le 17/08/2009 - 00h00

Les grandes épidémies de fièvre jaune ou l'endémie quasi-mondiale de paludisme, nous rappelle que le moustique peut tuer. S'il est vrai que dans les régions tempérées les risques sont moindres, il ne faut pas pour autant s'imaginer que notre belle France soit totalement protégée du simple...

Chikungunya : ce qu'il faut savoir Publié le 06/03/2006 - 00h00

La polémique sur la gestion de la crise Chikungunya, les visites sur place d'officiels ou de chercheurs se multiplient et l'aide financière annuelle atteint presque les 100 millions d'euros. On finit par oublier les caractéristiques et les conséquences du virus du Chikungunya.

Plus d'articles