Canicule : la prévention

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 13 Août 2003 : 02h00
-A +A
Les sujets fragiles, personnes âgées, enfants en bas âge, malades, handicapés, s'épuisent, voire décèdent sous cette chaleur accablante. Les urgences se réorganisent, tandis que le ministère de la Santé vient de mettre en service un numéro vert.

Dimanche, le président de l'Association des médecins hospitaliers de France (Amuhf) annonçait qu'une cinquantaine de personnes avaient trouvé la mort en Ile-de-France ces derniers jours à cause de la chaleur. Ce drame humain est confirmé par les Pompes funèbres générales (PFG) qui constatent une augmentation du nombre de décès depuis une semaine de l'ordre de 20% au niveau national et de l'ordre de 50% sur Paris et la région parisienne. De toute évidence, il s'agit de morts anticipées par la chaleur de personnes fragilisées par des maladies ou de personnes âgées.

Les urgences font face tant bien que mal à l'affluence des victimes d'hyperthermie. Certaines villes ont déjà fait appel à l'armée, d'autres à des cliniques privées pour limiter les engorgements.

De son côté, le ministère de la santé a créé un numéro vert gratuit (0800 240 250) afin de divulguer les règles de prévention contre la chaleur et la déshydratation. A ce titre, le ministre de la Santé a rappelé l'importance de la prévention « pour éviter la chaleur, l'ensoleillement et favoriser un état hydrique satisfaisant ». Il préconise vigilance et solidarité.La préfecture de Paris et la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) ont mis en place un dispositif spécifique d'aide aux sans-abri pour faire face aux conséquences de la canicule sur ces personnes.

Consultez les règles à suivre en cas de déshydratation :

d'une personne âgéed'un bébéd'une femme enceinte

Pour s'informer

Le coup de chaleurQuand bébé voyage

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 13 Août 2003 : 02h00
A lire aussi
Canicule et scandale Publié le 20/08/2003 - 00h00

Les fortes chaleurs se sont traduites par une épidémie de décès. Même si le ministère de la Santé craint encore des décès différés, l'heure est au bilan.

Plus d'articles