• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    9 avis
  • Témoignages (0)

Vous êtes grippé(e) ? Dites-le sur grippenet.fr

Article publié par Isabelle Eustache le 26/01/2012


Vous êtes grippé(e) ? Dites-le sur grippenet.fr

Il ne s’agit ni d’un jeu, ni d’un blog, mais d’un réseau destiné à améliorer la surveillance de la grippe en faisant directement appel à la population. Et l’ouverture de ce site « grippenet.fr » tombe à point nommé, car l’épidémie de grippe s’annonce…

Depuis 1984, la surveillance de la grippe en France était assurée via les médecins, les laboratoires et les hôpitaux, en charge de déclarer tous les nouveaux cas diagnostiqués auprès du réseau Sentinelles de l'Inserm, qui publie chaque semaine son bilan de situation nationale. Aujourd’hui, dans un but d’amélioration, l’équipe du réseau Sentinelles (Inserm-Université Pierre et Marie Curie) et l’Institut de veille sanitaire (InVS) appellent la population à participer à la surveillance en utilisant un site internet dédié : www.grippenet.fr.  

En effet, on estime que moins d’une personne atteinte de la grippe consulte un médecin, ce qui conduit à une forte sous-estimation des cas de grippe sur le territoire.
À travers ce site, chaque citoyen est invité à procéder lui-même, en temps réel, à la déclaration de sa maladie grippale. En pratique, il suffit de se connecter sur le site, c’est gratuit et anonyme, d’indiquer son adresse mail et de remplir un questionnaire en ligne précisant son profil et ses symptômes. La personne est ensuite invitée à se reconnecter toutes les semaines afin d’indiquer l’évolution de son état infectieux.

Les données qui seront ainsi recueillies n’ont pas pour vocation à remplacer les informations validées par des professionnels de santé, mais d’apporter des données complémentaires, notamment sur les personnes qui ne consultent pas leur médecin généraliste en cas de grippe. À noter que ce nouveau réseau Internet s’insère dans un projet européen de surveillance des épidémies, « Epiwork ». 

Sources : Communiqué de l’Institut de veille sanitaire (InVS), www.invs.sante.fr, 25 janvier 2012.

Trouvez-vous cet article intéressant ?