Utiliser le microbiote intestinal pour booster les chimiothérapies

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 06 Octobre 2016 : 12h20
Mis à jour le Jeudi 06 Octobre 2016 : 12h20

Des chercheurs français ont identifié deux bactéries présentes naturellement dans nos intestins (composant notre flore intestinale, microbiote) capables d’améliorer l’efficacité de certaines chimiothérapies (par cyclophosphamide) prescrites dans le traitement des cancers.

© Istock,stockphoto

La flore intestinale module les chimiothérapies

Conjointement, ces deux bactéries de la flore intestinale, dénommées E. hirae et B. intestinihominis, potentialisentles effets thérapeutiques anticancéreux du cyclophosphamide, une chimiothérapie utilisée dans le traitement de nombreux cancers. Pour les chercheurs http://presse.inserm.fr/le-microbiote-intestinal-a-la-rescousse-des-chimiotherapies/25345/, ce phénomène est lié au fait que « la chimiothérapie entraine des effets secondaires parmi lesquels une plus forte porosité de la barrière intestinale et, par voie de conséquence, le passage des bactéries constitutives du microbiote dans la circulation sanguine ; pour lutter contre ce passage anormal des bactéries dans la circulation, une réponse immunitaire se déclenche ». Or cette réponse contribue à la destruction des cellules, renforçant indirectement l’effet du traitement par cyclophosphamide.

PUB

Le microbiote intestinal à la rescousse de la chimiothérapie

Ces résultats permettent d’envisager « la mise en place d’une supplémentation de certaines bactéries du microbioteintestinal qualifiées d’onco-microbiotiques capables de renforcer l’efficacité des anticancéreux ». Mais l’étape ultime serait, après avoir identifié les parties spécifiques des bactéries responsables du renforcement des effets du cyclophosphamide, de mettre au point des médicaments dérivés de ces bactéries de la flore intestinale, coadministrables avec les chimiothérapies.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 06 Octobre 2016 : 12h20
Mis à jour le Jeudi 06 Octobre 2016 : 12h20
Source : Romain Daillière et coll., Enterococcus hirae and Barnesiella intestinihominis Facilitate Cyclophosphamide-Induced Therapeutic Immunomodulatory Effects,  Immunity, 2016, DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.immuni.2016.09.009, http://www.cell.com/immunity/fulltext/S1074-7613%2816%2930378-8.
PUB
PUB
A lire aussi
Quand les bactéries s'allient à la chimiothérapiePublié le 16/12/2013 - 04h01

Une équipe française a montré que certaines bactéries intestinales pouvaient contribuer à l'efficacité d'une chimiothérapie utilisée contre de nombreux cancers.Des chercheurs français viennent de montrer que l'efficacité du cyclophosphamide, une molécule utilisée contre de nombreux...

Les bactéries amies de notre santéPublié le 07/12/2016 - 13h41

Quelles sont les interrelations entre nos bactéries et le reste de l’organisme ? Certaines maladies peuvent survenir en cas de déséquilibre : maladies digestives, surpoids, obésité, diabète… Nous naissons stériles. Mais dès les premiers instants de notre vie, nous sommes envahis par des...

Plus d'articles