Sur-diagnostic et sur-traitement des cancers de la thyroïde

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 30 Août 2013 : 18h55
Mis à jour le Lundi 02 Septembre 2013 : 08h50

Comme pour les cancers de la prostate et du sein, le cancer de la thyroïde serait sur-diagnostiqué et sur-traité. Des experts alertent sur ce phénomène lié à l’amélioration du dépistage… Le fait de dépister des tumeurs de plus en plus petites, dont on ne sait prédire la dangerosité et l’évolution, amènent à des traitements inutiles et nocifs.

© Istock

Cancer de la thyroïde : du sur-diagnostic au sur-traitement

Si l’incidence du cancer de la thyroïde a fortement progressé (il aurait triplé aux États-Unis en 30 ans, passant de 3,6 cas à 11,6/100.000 aujourd’hui), c’est en partie grâce aux nouvelles techniques d’imagerie de dépistage qui permettent de dépister des lésions de la thyroïde de plus en plus petites. Or nombre d’entre elles sont très peu évolutives et ne nécessiteraient qu’une simple surveillance. C’est le cas des micro-cancers papillaires qui représentent 80% des cancers de la thyroïde et dont le pronostic est très bon avec 99% de survie à 20 ans.

PUB

La peur du cancer mène à des soins excessifs…

Seulement lorsque l’on parle à un patient de cancer, la suspicion étant parfois pire que la maladie, les traitements sont mis en place par mesure de précaution (chirurgie, iode radioactif, traitement hormonal). Trop souvent inutilement selon les experts et pouvant être à l’origine d’effets indésirables, voire nocifs.

Or selon une étude entreprise dans le cadre d’une série consacrée au surdiagnostic, les personnes ayant choisi la surveillance ne décèdent pas de cette maladie. En revanche, les traitements exposent à des risques : chirurgicaux, effets secondaires de l’iode radioactif (inflammation des glandes salivaires, leucémie), traitement hormonal à vie.

En pratique, les experts suggèrent d’abandonner le terme de cancer pour désigner les tumeurs papillaires de petites tailles au profit de « micro-cancers » afin de dédramatiser le diagnostic et d’éviter des traitements agressifs potentiellement inutiles.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 30 Août 2013 : 18h55
Mis à jour le Lundi 02 Septembre 2013 : 08h50
Source : Juan P. Brito (Mayo Clinic), British Medical Journal, 27 août 2013, http://www.bmj.com/press-releases/2013/08/27/analysis-thyroid-cancer-zealous-imaging-has-increased-detection-and-treatm. Le Quotidien du Médecin, 28 août 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Les maladies de la thyroïdePublié le 11/03/2002 - 00h00

Environ 6 millions de Français sont touchés par un dysfonctionnement de la thyroïde. Les maladies de la thyroïde sont nombreuses et peuvent conduire à un manque (hypothyroïdie) ou au contraire à un excès d'hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie).Dans certains cas, la thyroïde peut...

La thyroïde et ses dysfonctionnementsPublié le 11/01/2005 - 00h00

La thyroïde, on en parle de plus en plus. Effectivement, les dysfonctionnements thyroïdiens, hypothyroïdie ou hyperthyroïdie, sont plus nombreux qu'autrefois, mais c'est en raison d'une amélioration du diagnostic. C'est ainsi qu'aujourd'hui, les symptômes sont très bien corrigés.

HypothyroïdiePublié le 05/11/2002 - 00h00

Vous fonctionnez au ralenti ? Vous avez froid, votre peau et vos cheveux sont secs... Et si c'était un problème de thyroïde ? Petite glande en forme de papillon située à l’avant du cou, la thyroïde produit des hormones dites thyroïdiennes. C’est lorsque ces hormones sont fabriquées en...

Plus d'articles