Stéphanie Neau : 35 kilos de moins, la joie de vivre en plus

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 03 Novembre 2004 : 01h00
-A +A
Stéphanie Neau*, championne du Monde, d'Europe et de France de tir de fosse olympique, n'en est pas à son premier combat. Ayant rencontré durant de longues années de grandes difficultés pour stabiliser son poids, elle a bénéficié d'une gastroplastie, une technique chirurgicale visant à placer un anneau autour de l'estomac. Résultat : 35 kilos en moins et l'envie de « mordre la vie à pleines dents ». Elle témoigne.

e-sante : Quels sont les éléments qui vous ont poussé vers la pose d'un anneau gastrique ?

Stéphanie Neau : Après une prise de poids très importante due à un choc psychologique (drame familial) lors de mon adolescence, j'ai vécu régime sur régime durant des années. Ils ont donné des résultats positifs, mais je reprenais systématiquement ce que j'avais perdu, et même plus encore. J'ai donc été victime du phénomène qu'on appelle communément « le yoyo ». Au bout de dix ans, je suis devenue obsédée psychologiquement par ce surpoids, lequel me ruinait la vie à tous points de vue : problème d'habillement, regard des autres, trouble de la libido, incapacité de se regarder dans un miroir, plus envie de sortir, de faire du sport J'ai donc décidé d'employer les grands moyens pour m'aider à perdre du poids et surtout à ne pas en reprendre. L'objectif était tout simplement de me redonner le goût de vivre...

e-sante : Comment avez-vous vécu cette intervention ? Et ses suites ?

Stéphanie Neau : L'idée venait de moi. J'étais très déterminée à subir cette intervention. Ceci dit, comme toute opération chirurgicale, j'appréhendais le passage à l'acte. Une fois opérée, la première étape était passée. Donc dans mon esprit je savais que le grand combat de la perte de poids commençait. Le plus difficile, ce sont les premiers jours qui suivent l'opération car on n'ose pas manger de peur que cela fasse mal et on est encore sous l'effet de l'anesthésie générale. Trois semaines après, on nous fait le premier gonflement de l'anneau afin de réduire le volume de l'estomac. Si on suit toutes les recommandations du chirurgien, il n'y a aucun problème, c'est une intervention très suivie avec des étapes bien définies et surtout des contrôles effectués régulièrement.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 03 Novembre 2004 : 01h00
A lire aussi
La chirurgie de l'obésité Publié le 16/10/2000 - 00h00

Tombée en désuétude en raison de son caractère agressif, la chirurgie de l'obésité trouve un nouveau souffle avec le développement des techniques coelioscopiques réversibles et modulables. Elle reste toutefois réservée à des personnes dont l'obésité est un handicap quotidien et que les...

Obésité : les plus de la chirurgie Publié le 01/12/2004 - 00h00

Dans le monde, 1,7 milliard de personnes souffrent de surpoids ou d'obésité. Les traitements chirurgicaux s'avèrent efficaces, avec dans la majorité des cas une perte moyenne de 61% de l'excès de poids, soit 45 kg, selon les résultats d'une étude récente**. Toutefois, les bénéfices ne...

Plus d'articles