• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    5 avis
  • Témoignages (0)

Repérez vous-même les premiers indices du cancer de la peau !

Repérez vous-même les premiers indices du cancer de la peau !

Surveiller bien votre peau et surtout vos grains de beauté !

L'auto-surveillance consiste à examiner soigneusement chaque parcelle de sa peau à la recherche d'indices.

Quels sont ces indices que l'on peut repérer sur sa peau et celle de son conjoint et qui doivent mettre sur la piste d'un cancer et inciter à consulter ?

Surveillez bien vos grains de beauté

Avec 8400 nouveaux cas chaque année en France, le mélanome, le plus dangereux des cancers de la peau, est particulièrement redoutable d'autant plus qu'il est de plus en plus fréquent depuis la mode du bronzage ! D'où l'intérêt de savoir repérer les premiers indices d'un mélanome afin de consulter et de bénéficier rapidement d'un traitement qui sera d'autant plus efficace.

Il existe des signes qui ne trompent pas le dermatologue, d'où l'intérêt de le consulter régulièrement ou en cas de doute.

Parallèlement, on recommande l'auto-examen de sa peau.

Chaque parcelle de notre peau n'étant pas accessible à notre vue, il est recommandé de passer un pacte avec son conjoint : on s'examine mutuellement le dos, les épaules et les fesses.

Idéalement cette surveillance mutuelle devrait se réaliser deux fois par an.

Cancer de la peau : quels sont les indices à repérer ?

1) Une lésion de la peau qui ne guérit pas vraiment et qui persiste depuis 3 à 4 mois.
2) Une tache ou un grain de beauté qui change de taille, d'aspect, qui saigne ou dont la sensibilité se modifie.
3) Classiquement, on considère comme suspecte toute lésion de peau répondant aux critères suivants :

  • asymétrie,
  • bords irréguliers,
  • couleur non homogène,
  • diamètre supérieur à 6 mm, et qui augmente,
  • grain de beauté qui change d'aspect, de taille, de couleur ou qui devient rugueux.

Ces signes doivent immédiatement alerter et amener à consulter.

Mis à jour par Dr Philippe Presles le 18/07/2012
Créé initialement par Dr Philippe Presles le 06/04/2010

Sources : Syndicat national des dermatologues vénéréologues, www.syndicatdermatos.org.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus