Le régime végétarien peut entraîner une anémie liée à une carence en fer !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 27 Avril 2001 : 02h00
-A +A
En cas de régime végétarien, il est nécessaire de porter une attention toute particulière au risque d'anémie lié à une carence en fer (anémie ferriprive). Le grand public doit en connaître l'existence afin d'éviter cette maladie, dont on peut souffrir sans le savoir et qui est souvent diagnostiquée grâce à une simple analyse de sang mesurant le taux d'hémoglobine (pigment contenu dans les globules rouges et chargé d'apporter l'oxygène aux tissus).

La connaissance de ce risque n'est pas nouvelle, puisqu'elle date de 20 ans. Cependant, une étude britannique vient de la confirmer à grande échelle en comparant différentes populations. Ont été recrutés entre 1991 et 1997, 825 Européens, 259 indiens, 305 Pakistanais, 120 Bangladais et 380 Chinois. La fourchette des âges était de 25 à 74 ans. L'anémie (correspondant à une hémoglobine inférieure à 13g/dl chez les hommes et à 12g/dl chez les femmes) et la consommation de viande (bœuf, agneau, porc, volaille, poisson) ont été déterminés.

Les femmes végétariennes : une population à risque d'anémie

Chez les hommes, aucune relation entre ces deux paramètres n'a été observée. En revanche, les populations féminines les plus anémiées sont celles qui ont la consommation de viande la plus faible. Ainsi, les femmes d'origine chinoise et du Sud asiatique ont une hémoglobine plus basse que les Européennes. Comparées aux Britanniques, les Chinoises sont 2 fois plus anémiées et les Sud-Asiatiques le sont 3 fois plus.En regardant de plus près les habitudes alimentaires, seule une carence en fer liée au régime végétarien peut expliquer la présence de l'anémie.

L'anémie peut avoir plusieurs origines :

o un excès de perte de sang (anémie hémorragique) ;o une destruction des globules rouges (anémie hémolytique due à une infection, une réaction auto-immune ou allergique) ;o un défaut de fabrication des globules rouges.Dans ce dernier cas, l'anomalie peut être due à un manque de fer d'où son nom d'anémie ferriprive. Elle se traduit notamment par une pâleur et une sensation de fatigue. Il s'agit de l'anémie la plus fréquente et elle touche principalement les femmes réglées car leurs besoins en fer sont tout juste couverts par une alimentation normale. Ainsi, des apports insuffisants ou des pertes de sang peuvent facilement provoquer une carence. Les femmes enceintes sont également susceptibles de souffrir d'anémie car le foetus utilise les globules rouges de sa mère pour fabriquer les siens.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 27 Avril 2001 : 02h00
Source : British Medical Journal, 21 avril 2001, V. 322 : 958-959.
A lire aussi
Fatiguée : et si c'était une anémie ? Publié le 09/02/2012 - 10h39

Fatigue permanente, essoufflement, battements de coeur irréguliers... Et si c'était une anémie ? Elle est fréquente, surtout à cause d'un manque de fer. Et certaines parties de la population sont particulièrement à risque.

Quand le foetus pompe le fer de sa mère Publié le 10/06/2002 - 00h00

L'anémie est très souvent due à un manque de fer dans l'organisme et son traitement consiste à prendre du fer. Très fréquente chez les femmes enceintes, la question de la voie d'administration du traitement se pose : par voie orale ou par voie injectable ? Objectif : la croissance du foetus.

Anémie Publié le 06/09/2001 - 00h00

Les globules rouges sont des cellules du sang qui assurent le transport de l'oxygène à travers l'organisme. L'hémoglobine qu'ils contiennent est la protéine qui leur permet de jouer ce rôle.

Don du sang : du nouveau pour les donneurs... Publié le 19/05/2008 - 00h00

Depuis le 15 mai 2008, chaque don de sang sera précédé d'un contrôle du taux d'hémoglobine. Ce test permet d'améliorer la qualité des produits sanguins prélevés mais aussi de dépister l'anémie chez les donneurs. Certes, cette nouvelle mesure protège les donneurs et les transfusés, mais...

Plus d'articles