Quand Facebook accentue le malaise des ados

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 11 Mai 2012 : 14h24
Mis à jour le Vendredi 11 Mai 2012 : 15h05

Facebook en tant que tel n’est pas accusé. C’est l’usage excessif des réseaux sociaux, fréquents chez les jeunes, qui pourrait accentuer le mal-être de l’adolescence.

© Istock

Facebook et dépression

La consultation et la participation intensive sur Facebook s’accompagnent de nombreux effets indésirables, indique une étude américaine :

  • Repli dans un monde virtuel.
  • Diminution des relations sociales.
  • Sédentarité.
  • Et dépression.

Les profils sur Facebook brillent tous de milles feux. Même si l’on sait que tout est arrangé, les atouts qui décrivent les autres accentuent son propre sentiment de faiblesse, ses complexes et peuvent favoriserl’état dépressif chez nombre de jeunes qui finissent par s’enfermer dans Facebook.

« Un profil sur Facebook réclame une mise en scène de soi qui stimule la créativité de certains et accentue les complexes des autres ».

A cet état dépressif s’ajoute l’angoisse d’êtrerejeté par ses amis et de devoir rejeter soi-même des demandes.

PUB

Facebook : le danger de l'excès

Voici les conclusions issues d’une analyse de 200 profils de jeunes de 20 ans :

  • Plus les jeunes ont d’amis plus ils sont investis sur le réseau et plus le risque d’être angoissé est élevé.
  • 10% des jeunes se déclarent stressés par la gestion de leur profil Facebook.
  • 30% se sentent fortement coupables de rejeter des demandes d'amitié sur le réseau.
  • Nombreux sont ceux qui ne savent pas comment éliminer les amis devenus indésirables, sachant que se faire rejeter d’un réseau est une humiliation.

Au final, certains jeunes peuvent devenir réellement dépendants de Facebook. Ils se connectent dès le réveil et ils y restent, de peur de rater le moment important. L’angoisse est déjà là et la dépression s’installe lorsque l’on quitte la vraie vie pour coller à son avatar.

Les réseaux sociaux ont aussi de bons côtés qu’il ne faut pas négliger.

Dans tous les cas, face à un jeune qui s’enferme, il faut demander de l’aide...

Comme pour tout, ce sont les excès qu’il faut éviter.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 11 Mai 2012 : 14h24
Mis à jour le Vendredi 11 Mai 2012 : 15h05
Source : Le Figaro, 7 mai 2012.
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Facebook: miroir de la vie sociale?Publié le 25/08/2008 - 00h00

Facebook compte à ce jour quasi 80 millions d'utilisateurs de par le monde, majoritairement des personnes entre 20 et 30 ans. Mais ce type de réseau permet-il réellement d'accroître les échanges ou seulement de les dupliquer?

Le côté obscur de FacebookPublié le 01/02/2010 - 00h00

C'est l'endroit où il faut être. Et ceux qui n'y sont pas semblent vraiment restés bloqués au temps des dinosaures. Où ca ? Sur Facebook ! Pourtant, aux côtés de ses aspects ludiques, voire positifs, Facebook présente aussi une facette négative, voire dangereuse.

Les antidépresseurs en 10 questionsPublié le 14/01/2016 - 11h08

Chaque année en France, 3 millions de personnes souffrent de dépression. Les antidépresseurs  permettent d’aller mieux et de retrouver une vie normale. Mais que sait-on exactement de ces médicaments. Le point avec le Dr Adeline Gaillard, co-auteur de « Antidépresseurs, le vrai du faux »....

Plus d'articles