Psychiatre, psychologue, psychanalyste : qui consulte ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Novembre 2006 : 01h00
-A +A
Qui consulte un psychiatre, un psychologue ou un psychanalyste ? Les résultats d'une enquête de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dressent un tableau intéressant de ce secteur d'activités de soins en santé mentale.

Santé mentale : 1,2 million de Français

Durant l'enquête menée par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), en 2003, 1,2 million de personnes ont consulté un psychiatre, psychologue ou un psychanalyste, soit 2% de la population en deux mois !

Une personne sur dix n'a eu recours qu'à un seul de ces professionnels de la santé mentale, mais quelque 150.000 en ont consulté deux ou trois. Le nombre moyen de consultations est proche de deux.

Globalement, 70% des consultants sont des femmes qui, dans plus de la moitié des cas, vivent seules. Sur dix personnes qui consultent, six le font en raison d'un trouble psychique dont elles ont conscience et 11% recourent à de tels professionnels de façon non programmée pour « améliorer le moral ». La détresse psychologique est donc une réalité fréquente entraînant des difficultés très importantes dans la vie quotidienne : une personne sur quatre est limitée depuis au moins six mois dans ses activités courantes pour raison de santé, contre une sur huit dans la population générale. Les consultants en santé mentale recourent aussi plus souvent à d'autres types de soins et ont une perception plus négative de leur état de santé : 40% le jugent moyen, mauvais ou très mauvais contre 22% dans la population générale.

Qui consultent les psychiatres ?

Les psychiatres accueillent la moitié des consultants en santé mentale et surtout des adultes de 30 à 59 ans. La grande majorité a conscience d'un trouble psychique (76%), d'autres consultent pour améliorer leur moral (21%) ou en raison de difficultés sociales (interruption professionnelle depuis plus de 6 mois : 24%, limitation des activités courantes : 34%).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Novembre 2006 : 01h00
Source : Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), Etudes et résultats n°533, novembre 2006.
A lire aussi
Les maladies psychosomatiques Publié le 10/01/2002 - 00h00

Nous connaissons tous au moins une personne à laquelle un médecin a dit un jour : « c'est psychosomatique», à propos de symptômes qui semblaient bien réels. Une réponse frustrante, parfois même angoissante, car elle laisse entendre qu'un psy sera nécessaire pour en savoir plus…

Un psy, c'est quoi ? Publié le 18/08/2004 - 00h00

Le terme psy concerne le psychisme, le mental. Mais quand un mot qui désigne une personne commence par psy pour se continuer par « chologue », « chiatre » ou autre chose encore, on ne sait pas toujours très bien à qui on s'adresse ! Cela mérite quelques éclaircissements…

La psychothérapie mieux encadrée Publié le 31/05/2010 - 00h00

Jusqu'ici, n'importe qui pouvait s'autoproclamer psychothérapeute, avec ou sans formation, avec ou sans qualification, avec ou sans compétence, avec ou sans sérieux. Un nouveau décret vient de changer la donne.

Cannabis : ouvrons les yeux Publié le 08/02/2005 - 00h00

En dix ans, l'expérimentation du cannabis a doublé chez les garçons de 17 ans, tandis que la consommation répétée a triplé et concerne aujourd'hui un jeune sur cinq. La première campagne médiatique européenne de prévention du cannabis est lancée en France, pays où la consommation est...

Plus d'articles