Pollution intérieure : la colle à moquette aussi...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 31 Août 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 11 Avril 2011 : 14h55
-A +A

La colle à moquette dégage elle aussi de multiples substances toxiques, contribuant à la pollution de nos logements. Preuve à l'appui, cette étude de Que Choisir montrant que sur 8 moquettes encollées testées, 5 dégagent des composés toxiques à des doses élevées plus de 28 jours après la pose...

Comment baisser la pollution intérieure ?

Une fois de plus, nous devons reconnaître que nos habitats sont fortement pollués. Cette pollution intérieure est nettement supérieure à celle qui règne à l'extérieur, c'est-à-dire à celle générée par l'industrie et le trafic routier (l'intérieur est 5 à 10 fois plus pollué que l'extérieur). Or c'est bien à l'intérieur que nous passons le plus clair de notre temps (domicile et lieu de travail). Nous devons être informés des sources de pollution et exiger des mesures permettant d'éliminer une bonne part des sources de pollution.

L'Association de consommateurs Que Choisir y contribue régulièrement en réalisant des études de terrain. Elle avait déjà attiré l'attention sur la toxicité des produits nettoyants ménagers et des désodorisants d'intérieur. Aujourd'hui, ce sont les moquettes encollées. Sur les 8 moquettes étudiées, 5 types de colle restituent du formaldéhyde, du toluène et des éthers de glycol, des substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques classées ' prioritaires ' pour être interdites ou substituées par l'Observatoire de l'air intérieur (OAI). Le maximum de composés organiques volatils (COV) relevé 28 jours après la pose de la moquette encollée est de 3200 mcg/m3, alors que le seuil de confort a été fixé à 200 mcg/m3.

Mesures de lutte contre la pollution intérieure

Que Choisir en appelle une nouvelle fois au Ministère de l'Environnement et demande la mise en place immédiate d'un certain nombre de dispositions visant à informer les consommateurs sur la toxicité et les risques de certaines pratiques :

L´interdiction dans les produits de consommation, de décoration et de construction, de toutes les substances reconnues comme dangereuses pour la santé.

L´étiquetage des substances émises par les produits, permettant aux consommateurs de sélectionner les moins nocifs.

L'incitation par des aides financières à installer des systèmes de ventilation à double flux dans les logements.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 31 Août 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 11 Avril 2011 : 14h55
Source : UFC Que Choisir, septembre 2009.
A lire aussi
Qualité de l’air : 10 gestes anti-pollution intérieure Publié le 26/01/2017 - 10h49

Savez-vous que l’air de nos logements serait 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur ? Ce chiffre fait réfléchir à la qualité de l’air de nos intérieurs et donne envie de se débarrasser de cette pollution intérieure qui peut provoquer à la longue des symptômes tels...

Au secours, ma voiture est polluée ! Publié le 27/01/2014 - 07h00

Tout le monde sait que les voitures créent de la pollution atmosphérique.Mais savez-vous que l’intérieur de votre voiture est aussi l’un des endroits où vous êtes le plus exposé(e) à la pollution ?

Plus d'articles