Plan de secours aux urgences

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 08 Octobre 2003 : 02h00
-A +A
Les professionnels des services d'urgence réclament depuis plus de vingt ans des moyens humains et une restructuration. Les 14.800 décès attribués à la canicule ont donné du sens à leurs revendications. Jean-François Mattei vient de présenter son plan à 500 millions d'euros d'ici 2008, qui comprend notamment la création de 10.000 postes et 15.000 lits supplémentaires.

Cet été, l'affluence sans précédent des services d'urgence a accéléré la réforme.Victimes de leur succès, les urgences ne se désemplissent pas : en 2002, près de 13 millions de Français y ont eu recours et les Samu ont reçu près de 10 millions d'appels. Ainsi fragilisé, le moindre dérapage de ce système, comme la canicule de cet été, mène à la catastrophe. S'il est question de files d'attente, il en va aussi de vies humaines. Depuis longtemps déjà, les urgences ont été déviées de leur fonction première. Elles sont devenues un gros hôpital de jour où chaque malade, trop souvent sans raison médicale suffisante, sait qu'il trouvera sur place un médecin compétent, un laboratoire d'analyse et un service de radiologie. C'est ainsi que le ministre de la Santé présente un vaste plan d'investissement destiné à diminuer l'activité des services d'urgence et à leur rendre leur fonction d'accueil, de soins de première intention et de coordination. Il s'agit d'une restructuration d'amont en aval, et de ramener les urgences au sein du système hospitalier.

Mais d'où provient cet engorgement ?

  • Les très jeunes enfants font partie des premiers usagers des urgences. Mais 85% d'entre eux repartent après une consultation par un médecin.
  • Autre fait révélateur : seulement 20% des patients sont hospitalisés à la suite d'une prise en charge par un Samu. Ainsi, 80% des personnes se rendent aux urgences sans motifs médicaux réels ou pour traiter de petits maux.
  • Les trois quarts des personnes se dirigent vers les urgences de leur propre chef, c'est-à-dire sans avoir consulté au préalable un médecin de garde ou même un pharmacien.
  • On note une hausse de la fréquentation en fin de journée, « l'heure des nourrissons », et aux alentours de minuit.
  • Selon les urgentistes, 45% des malades en fin de vie seraient transportés par les ambulances médicalisées aux urgences pour venir y mourir.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 08 Octobre 2003 : 02h00
A lire aussi
Un nouveau référentiel pour les secours d'urgences Publié le 22/05/2009 - 00h00

Un arrêté du 24 avril 2009 officialise le référentiel "d'organisation du secours à personne et de l'aide médicale urgente". Ce document s'adresse aux services publics de secours et de soins urgents : les sapeurs-pompiers et les urgentistes. Sa mise en application est prévue dès le 31...

En cas d'urgence médicale, composez le 15 Publié le 11/01/2008 - 00h00

Le 15 est le numéro de téléphone unique par département. Il donne directement accès au Samu (service d'aide médicale urgente). Le 15 est accessible 24 heures sur 24, depuis un téléphone fixe ou mobile. L'appel est gratuit.

Le centre 15 : comment ça fonctionne ? Publié le 14/08/2006 - 00h00

Heureux sont ceux qui n'ont jamais eu à s'en servir. Mais que l'on y ait eu recours ou pas, savez-vous comment ce service d'urgences fonctionne ? Dans quelle situation appeler ? Quels sont les horaires d'appels ? Etc. Explications et mode d'emploi du centre 15.

Alzheimer, maladie d'Alzheimer Publié le 13/11/2001 - 00h00

Nous ne savons pas encore guérir la maladie d’Alzheimer.En revanche, grâce à une prise en charge adaptée initiée suffisamment tôt, il est possible d’assurer une meilleure qualité de vie au patient et à son entourage. L’objectif est de freiner l’évolution de la maladie d’Alzheimer...

Plus d'articles