Nez, gorge, bain de bouche : finis les antibiotiques locaux

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Juillet 2005 : 02h00
-A +A
Suite à une expertise, les antibiotiques locaux administrés par le nez, la gorge ou en bains de bouche, ont été déclarés inefficaces et susceptibles de favoriser des résistances inutiles aux bactéries. En conséquence, les célèbres Locabiotal, Solutricine, Oropivalone ou encore Lysopaïne, vont disparaître de nos pharmacies d'ici fin septembre.

La réévaluation des médicaments ORL contenant des antibiotiques se termine. Initiée en 2003 dans le cadre du programme d'action national et européen sur le bon usage des antibiotiques, elle a déjà conduit au retrait de quinze spécialités pharmaceutiques en juin 2003. Aujourd'hui, les résultats de la nouvelle expertise mènent à une deuxième vague de retraits, effective à compter du 30 septembre 2005.

Les antibiotiques locaux pour le nez, la gorge et la bouche présentent désormais plus d'inconvénients que d'avantages. Les experts ont conclu à « l'inefficacité de l'antibiothérapie locale (pulvérisations, pastilles, gommes, comprimés à sucer et solutions pour bains de bouche) dans le traitement des rhinopharyngites, des angines, des infections buccales ou la prévention de leurs complications ». De plus, cette utilisation inadaptée d'antibiotiques favorise l'émergence de bactéries résistantes.L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a donc demandé aux laboratoires pharmaceutiques concernés de mettre en place les modalités de gestion des stocks de ces médicaments, en vue de l'arrêt prochain de leur commercialisation.

Dans sa note d'information destinée au grand public, l'Afssaps est très claire :« Les antibiotiques ne présentent pas d'intérêt pour traiter les rhumes, les rhinopharyngites, les angines et les sinusites, sachant que la majorité de ces infections sont dues à des virus. Même lorsqu'il s'agit bien d'une infection bactérienne, les antibiotiques contenus dans ces médicaments pour usage local, ne sont pas toujours adaptés au type de bactéries en cause. »

Spécialités qui seront retirées du marché au 30 septembre 2005

ARGICILLINE 0,05 POUR MILLE, solution nasale pour instillation en flacon (Merck Médication familiale)ERGIX MAL DE GORGE, comprimé à sucer (Merck Médication familiale)LOCABIOTAL 1 POUR CENT, solution pour pulvérisation buccale ou nasale (Servier)LYSOPAINE, comprimé à sucer (Boehringer Ingelheim France)OROPIVALONE BACITRACINE, comprimé à délitement buccal (Pfizer)PHARMACILLINE 0,25 POUR MILLE, collutoire en flacon pulvérisateur avec valve doseuse (Merck Médication familiale)PHARMACILLINE 0,05 POUR MILLE, solution nasale pour instillation en flacon (Merck Médication familiale)SOLUTRICINE MAUX DE GORGE, comprimé à sucer (Aventis Pharma Theraplix)SOLUTRICINE MAUX DE GORGE SANS SUCRE, comprimé à sucer édulcoré au sorbitol et à l'aspartam (Aventis Pharma Theraplix)SOLUTRICINE MAUX DE GORGE TETRACAINE, comprimé enrobé à sucer (Aventis Pharma Theraplix)TYROTRICYL, comprimé enrobé à sucer (Lab. WYETH Santé Familiale)VEYBIROL TYROTHRICINE, solution pour bains de bouche (Pierre Fabre Médicament)A la fin de cette liste, l'Afssaps précise que « de nouveaux médicaments portant le même nom, mais ne contenant pas d'antibiotique, pourront, à l'avenir, être disponibles en pharmacie.

Pour en savoir plushttp://agmed.sante.gouv.fr

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Juillet 2005 : 02h00
Source : Communiqué de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), " Bon usage ", 19 juillet 2005.
A lire aussi
Rhume, mal de gorge, toux : les solutions simples et efficaces Publié le 14/10/2005 - 00h00

L'hiver s'accompagne de sa cohorte d'infections qui bien que bénignes nous mettent à plat : rhume, laryngite, toux.... D'où l'importance d'agir dès l'apparition des premiers symptômes afin d'éviter d'une part que ces petits maux ne s'aggravent et, d'autre part, de contaminer les autres.

Perte du goût et de l'odorat Publié le 31/05/2001 - 00h00

Le goût et l'odorat sont intimement liés.Les papilles gustatives perçoivent les sensations de sucré, de salé, d'amer et d'acide, tandis que l'odorat détermine la nature de la substance.Par exemple, c'est la langue qui détecte le sucré, mais c'est le nez qui permet d'identifier le chocolat ou...

Plus d'articles