Neurofeedback (neuroptimal) : aider son cerveau à mieux fonctionner

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 06 Mars 2017 : 10h59
Mis à jour le Lundi 06 Mars 2017 : 11h06

Le Neurofeedback est une méthode douce qui permet au cerveau de s’autoréguler et de se réorganiser pour optimiser son fonctionnement. Cette approche est de plus en plus souvent proposée en complément de la médecine traditionnelle dans quasiment tous les domaines, allant des problèmes de santé à l’amélioration des performances. Explications de Marie-France Sebe*, praticienne de Neurofeedback dynamique (neuroptimal).

En quoi consiste la technique du Neurofeedback dynamique (neuoptimal) ?

Le Neurofeedbackest une méthode douce. Marie-France Sebe*, praticienne de Neurofeedback dynamique (neuroptimal),explique que lors d’une séance, « la personne est passive, elle est assise et regarde un film ou écoute de la musique, au choix, l’important étant le son. Pendant ce temps, des capteurs positionnés sur le crâne à des endroits précis enregistrent l’activité électrique du cerveau, comme un électroencéphalogramme. 256 fois par seconde le logiciel analyse cette activité. Dès qu’il détecte une variation brutale, il y a une interruption du son. Cette coupure informe le cerveau en temps réel de ce qu’il est en train de faire, c’est le « feedback ». Il est libre de modifier son fonctionnement, il s’autorégule ». Il s’agit d’un mode de fonctionnement naturel et habituel, à la base de tous nos apprentissages.

« Le Neurofeedback que je pratique est dit « dynamique », précise Marie-France Sebe. Le cerveau se réorganise tout seul sans ciblage de notre part, il n’y a donc aucun effet secondaire ni diagnostic établi ». Avec le Neurofeedback dynamique, il n’y a aucun risque de dérive, car le cerveau s’autorégule de lui-même. Ce sont les turbulences liées à de mauvaises régulations qui déclenchent l’arrêt du son, le cerveau va aller vers ce qui est le plus confortable pour lui.

L’interruption étant simultanée à une perturbation, elle informe au moment présent. Autrement dit, à chaque nouvel arrêt, le cerveau a déjà réagi au précédent, il s’est déjà réorganisé lorsque la turbulence suivante arrive. La progression est permanente. C’est aussi pour cette raison que l’on ne compare pas ici l’activité du cerveau à une activité de référence.

Qui peut tirer avantage du Neurofeedback ?

Attention, le Neurofeedbackdynamique (neuroptimal) ne se substitute par à une démarche thérapeutique et ne constitue pas un traitement médical. Il n’établit aucun diagnostic et aucun traitement médical ne doit être interrompu.

Le Neurofeedback agit comme un entrainement, non intensif, non contrôlé, permettant à tous de fonctionner au mieux de son potentiel. Cet entrainement étant passif et sans effet secondaire, il est accessible à tout âge. Cette autorégulation du cerveau entraine des changements dans tous les domaines et s’adresse ainsi tant aux enfants (troubles du langage, compréhension, attention, coordination…) qu’aux seniors (motricité, mémoire…),adultes (anxiété, maux de tête, insomnie, fatigue chronique…),étudiants (performances cognitives, concentration, stress…) et sportifs (performances comportementales, endurance…). Les séances de Neurofeedback permettent aussi de développer ou d’augmenter l’estime de soi, la communication, le leadership, la créativité…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 06 Mars 2017 : 10h59
Mis à jour le Lundi 06 Mars 2017 : 11h06
Source : * Marie-France Sebe est praticienne de Neurofeedback dans les Alpes-Maritimes à Antibes, consultante de la méthode Tomatis® et Kinésiologue, membre du Syndicat national des Kinésiologues (SNK).
A lire aussi
Vacances : sport plaisir et sieste !Publié le 02/07/2001 - 00h00

Lorsqu'on a trop peu de temps pour entretenir sa forme au quotidien, les vacances représentent une période idéale pour initier une activité physique. Que vous choisissiez le vélo, le VTT, les rollers, la natation, le volley, la randonnée, ou tout simplement la marche, les bienfaits du sport se...

Le couple face au chômagePublié le 17/05/2010 - 00h00

Le chômage est difficile à supporter pour soi. À cause de la perte de revenus et de la nécessité de réduire le train de vie. Pour la place qu'il fait perdre dans une société où l'on est souvent défini par sa profession. Pour l'estime que l'on a de soi. Et pour l'image que l'on donne à...

Plus d'articles