Ménopause : rebondissement dans l'affaire du THS

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 17 Février 2006 : 01h00
Le traitement hormonal substitutif de la ménopause n'augmente pas le risque cardiovasculaire comme annoncé par la grande étude américaine dénommée WHI. Encore mieux, il le diminue, à condition de l'instaurer juste après la ménopause.

Ménopause et étude WHI

En 2002, les résultats de la grande étude américaine WHI (Women's Health Initiative) ont jeté un fort discrédit sur le traitement hormonal de la ménopause (THS) en montrant une augmentation du risque cardiovasculaire chez les femmes traitées. En conséquence, les autorités de santé ont émis des recommandations restreignant les prescriptions des THS.Toutefois, nombre d'experts ont émis des objections quant aux résultats américains, précisant notamment que cette étude avait porté sur une population de femmes d'âge élevé (63 ans en moyenne), qui de surcroît étaient traitées avec des produits peu employés en France.

Effet cardiovasculaire protecteur en début de ménopause

Les études se poursuivent et de nouveaux résultats viennent d'être publiés. Entre autres un essai ayant porté sur plus de 70.000 femmes suivies depuis une vingtaine d'années. Inversement, un effet protecteur cardiovasculaire du THS est observé. Mais ce bénéfice s'exprime à la condition d'être débuté peu après la ménopause. Il existerait donc ce que l'on appelle une «fenêtre d'intervention» : les effets du THS sur le risque cardiovasculaire seraient fonction du moment de l'initiation.Cette hypothèse est confirmée par une autre étude montrant moins d'accidents coronariens chez les femmes de moins de 60 ans recevant des estrogènes seules, et inversement, plus d'accidents au-delà de 70 ans. Selon l'Association française pour l'étude de la ménopause, les estrogènes auraient un rôle préventif en tout début de ménopause, lorsque les plaques d'athérome (dépôt de cholesterol dans la paroi des artères obbstruant ces dernières) ne sont pas encore développées. Inversement, en cas de THS instauré tardivement, ils déstabiliseraient les plaques d'athérome déjà constituées, favorisant ainsi la survenue d'accidents cardiovasculaires.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 17 Février 2006 : 01h00
Source : Grodstein F. et coll., Journal of Women's Health, 15 (1) : 25-44, 2006 ; Communiqué de presse de l'Association française pour l'étude de la ménopause, 15 février 2006.
A lire aussi
Ménopause : pourquoi le THS n’est-il toujours pas réhabilité ?Publié le 17/12/2012 - 09h00

Prescrit il y a dix ans à quasiment toutes les femmes ménopausées, le traitement hormonal substitutif (THS) a ensuite été totalement discrédité.Pourtant, en France, toutes les preuves sont aujourd’hui réunies pour réhabiliter le THS.Seule une démarche des autorités pourrait permettre...

Ménopause et cancer du sein : quelques précisionsPublié le 15/05/2006 - 00h00

Après avoir été accusé d'augmenter le risque de cancer du sein, le traitement hormonal substitutif de la ménopause a été innocenté par de récentes études. De nouvelles données montrent que ce risque est réel chez les femmes ayant subi une ablation de l'utérus. Mais attention, cette...

Traitement de la ménopause : stupeur et tremblementsPublié le 23/04/2007 - 00h00

Malgré les protestations des experts du monde entier, l'étude WHI a anéanti le traitement de la ménopause. Le Dr David Elia*, constatant dans sa pratique quotidienne les répercussions préoccupantes, n'hésite pas à parler de "terrorisme médiatique". Tant bien que mal, ce traitement doit...

Plus d'articles