Ménopause précoce : comment vivre avec

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé et validé par Dr Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien le Jeudi 08 Février 2018 : 17h00

Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, sautes d'humeur… Les signes de la ménopause se manifestent parfois bien avant l'heure. On parle alors de formes précoces, qui peuvent se déclarer dès 20 ans. 

Des traitements permettent de limiter les conséquences de cette survenue prématurée. Le Pr Patrice Lopes, gynécologue à la polyclinique de l'Atlantique à St-Herblain (Loire-Atlantique) nous explique comment vivre avec.

© Istock
PUB

Savoir reconnaître les signes

PUB

Le terme de ménopause précoce correspond à une réalité précise : l'arrêt des règles et du cycle hormonal avant l'âge normal de 49-51 ans. "Avant 40 ans, on parle d'insuffisance ovarienne prématurée, précise le Pr Patrice Lopes. La ménopause précoce se déclare à 40-45 ans. Quand elle survient vers 45-50 ans, on parle de ménopause anticipée."

L'insuffisance ovarienne prématurée toucherait une femme sur 10 000 avant 20 ans et une sur cent avant 40 ans. Les symptômes traduisant la fin des règles sont les mêmes, quel que soit l'âge : bouffées de chaleur, crises de sueur nocturne, sécheresse au niveau de la vulve et du vagin – provoquant des troubles de la sexualité – et des douleurs articulaires.

A ces signes "classiques" peuvent s'ajouter des troubles du sommeil, de l'humeur ou de l'attention, mais aussi une fatigue, un état dépressif ou encore une variation de poids.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé et validé par Dr Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien le Jeudi 08 Février 2018 : 17h00
Source : La ménopause et après, CNGOF, consulté le 8 février 2018
La prise en charge de l'insuffisance ovarienne prématurée et des ménopauses précoces, GEMVi, consulté le 8 février 2018
La prise en charge de la ménopause, GEMVi, consulté le 8 février 2018
L'insuffisance ovarienne prématurée, S. Christin-Maitre et al, Annales d'Endocrinologie, décembre 2006
PUB
PUB
A lire aussi
Kyste aux ovaires : quelles solutions ?Publié le 09/01/2018 - 15h35

Pas toujours douloureux, mais souvent présent, le kyste aux ovaires peut inquiéter. Le point avec les Drs Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien à la polyclinique de l'Atlantique de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), et Sylvain Mimoun, gynécologue à Paris.

Comment avoir un enfant après le cancer ? Publié le 05/04/2018 - 13h56

On survit de mieux en mieux au cancer. Mais cette maladie touche aussi des populations jeunes. Lorsque la vie reprend, après le traitement, il est donc courant de vouloir procréer. Aujourd'hui, avoir un enfant est possible malgré des médicaments toxiques. E-Santé vous explique. 

Endométriose : les traitements... et leur efficacité !Publié le 16/05/2018 - 15h13

De fortes douleurs, surtout pendant les règles. Voilà le symptôme le plus connu de l'endométriose. On devrait plutôt parler au pluriel de cette maladie, car chaque femme présente une forme spécifique. Et les traitements doivent s'y adapter. Explications.

Kystes aux ovaires : 3 causes à connaître Publié le 15/12/2017 - 14h10

5 à 7 % des femmes auront un kyste aux ovaires au cours de leur vie. Le point sur leurs causes avec les Drs Sylvain Mimoun, gynécologue à Paris, et Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien à la polyclinique de l'Atlantique à St Herblain (Loire-Atlantique).

Plus d'articles