Médicaments : associations dangereuses

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 22 Janvier 2003 : 01h00
-A +A
Nombre de traitements exigent la prescription de plusieurs médicaments. Mais prudence, certaines associations médicamenteuses sont formellement contre-indiquées car elles se révèlent potentiellement dangereuses pour la santé.

L'importance de ce risque bien connu de la communauté médicale, a été réévaluée par l'Assurance maladie pour 11 Associations Formellement Contre Indiquées (AFCI). Les résultats de cette étude devraient permettre d'engager avec les professionnels de santé une réflexion sur la prévention possible de ce risque et sur la mise en œuvre de mesures susceptibles de le réduire.

Les onze AFCI analysées ont été sélectionnées notamment pour leur caractère d'une part incontestable et d'autre part évitable, dans le sens où il existe des alternatives thérapeutiques. L'étude a porté sur les délivrances de médicaments établies au cours de l'année 2000 par des pharmaciens.

Sur près de 300 millions d'ordonnances remboursées par la Sécurité sociale, 58.823 comportaient des associations contre-indiquées. Ceci représente un taux de 1,9 cas pour 10.000 ordonnances. Pourtant, la lutte contre les accidents dits « iatrogènes » (effets indésirables provoqués par des médicaments) a été jugée prioritaire dès la première Conférence nationale de Santé en 1997. Selon cette même étude, l'AFCI la plus courante associerait un anti-migraineux de la famille des triptans et un dérivé de l´ergot de seigle. Elle représenterait pour l´année 2000 pas moins de 21.299 prescriptions. Par ailleurs, selon l´Assurance maladie, 22.744 professionnels de santé ont prescrit au moins l'une des 11 AFCI ciblées. De la même façon, il apparaît que pas moins de 70% des pharmacies ont délivré au moins une fois une des onze AFCI. Pour le Dr. Michelle Ricatte de la Direction du service médical de l´Assurance maladie, « il s´agit là de risques évitables. Des conseils doivent être donnés aux patients par le médecin et plus encore par le pharmacien. Celui-ci devrait remettre des conseils écrits aux patients de façon à éviter que les effets des molécules se contrarient ».

La prudence est donc de mise avec les médicaments et il convient de rappeler le danger de toute automédication. Dans tous les cas, suivez scrupuleusement les conseils de votre médecin et de votre pharmacien.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 22 Janvier 2003 : 01h00
Source : Point d'information mensuel CNAMTS, 9 janvier 2002, " Onze associations médicamenteuses formellement contre-indiquées, situation en 2000. "
A lire aussi
Pédiatrie : bien utiliser les médicaments Publié le 29/10/2002 - 00h00

La fréquence des erreurs d'utilisation des médicaments révèle une information insuffisante des familles. Chaque année, les 15 Centres Anti-poisons français reçoivent en moyenne 6.000 appels pour mésusage des médicaments en pédiatrie, soit le 3e motif d'appel. Ces erreurs d'utilisation sont...

Plus d'articles