Médecine alternative : la tentation des malades du cancer

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Août 2007 : 02h00
-A +A
La très grande majorité des cancéreux recourent à la médecine complémentaire ou alternative. A quels types de méthodes font-ils appel, et pourquoi ?

Quelle place pour la médecine alternative en cancérologie ?

Pour atténuer les effets secondaires, améliorer la résistance psychologique, renforcer ou même la substituer aux traitements conventionnels, la plupart des cancéreux recourent à la médecine complémentaire ou alternative. Selon certaines enquêtes, toutes les personnes atteintes d'un cancer suivent une médecine alternative dans le but de mieux supporter les soins classiques et d'accroître les défenses de l'organisme. Pour 60% d'entre elles, il s'agit d'homéopathie, 35% de phytothérapie, 40% d'injections de gui et 45% d'un régime alimentaire. Mais plus d'un malade sur quatre (27%) pense que la MCA sert à traiter leur tumeur.

Une autre étude montre qu'en cas de cancer du sein, 43% des femmes s'adonnent à des pratiques complémentaires : homéopathie (47%), vitamines et aliments (34%), guérisseur (27%), phytothérapie (15%), acupuncture (7%), prière communautaire systématique (5%), groupe de soutien (3%). Deux tiers d'entre elles recourent à plusieurs méthodes à la fois. Toutes cherchent à renforcer leurs défenses immunitaires. Mais 57% de ces femmes cherchent en plus à contrecarrer les effets secondaires de la radiothérapie. La démarche est personnelle dans 43% des cas et conseillée par un médecin dans 41% des cas. Le médecin traitant est informé par environ 3 patientes sur 5 et le cancérologue par une femme sur cinq, par peur des remontrances et des sarcasmes sans doute.

Entre magie et raison

Nombre de cancéreux qui se tournent vers la médecine complémentaire pensent que la santé du corps est liée à celle de l'esprit. La religion intervient également dans la décision, tout comme l'incitation fréquente de l'entourage. Mais la tentation vient aussi d'une fragilité psychologique, de l'isolement, d'une mauvaise relation avec son médecin (souvent trop courte), de la peur de la récidive, de la crainte des nouvelles techniques médicales, de l'envie d'un "retour aux sources", etc.L'influence des promoteurs des méthodes alternatives joue également un rôle important, profitant de la crédulité et de la faiblesse des cancéreux. Mais globalement, les malades qui se tournent vers la médecine alternative ont ainsi l'impression de tout faire, de tout essayer pour s'en sortir, de ne rien négliger.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Août 2007 : 02h00
Source : Le Quotidien du médecin, n°8155, avril 2007.
A lire aussi
Homéopathie : paroles de soignants Publié le 10/10/2017 - 16h12

L’homéopathie est dans la ligne de mire de nombreux supporteurs et détracteurs qui s’affrontent par médias et communiqués interposés. Nous avons voulu donner la parole aux professionnels de santé, médecins, pharmaciens, et sages-femmes qui, bien que formés à la médecine conventionnelle...

Que savez-vous des médecines douces ? Publié le 16/03/2012 - 13h27

De nombreuses personnes recourent à des médecines douces, également dites complémentaires, en prévention de certaines affections, mais aussi pour soulager les symptômes et les conséquences de certaines maladies. Homéopathie, sophrologie, réflexologie, ostéopathie, acupuncture…, que...

Cancer : les médecines alternatives à l'hôpital Publié le 29/04/2013 - 13h17

60% des personnes atteintes du cancer font appel à aux médecines douces.Homéopathie, sophrologie, hypnose ou encore acupuncture, accompagnent ainsi les patients pendant ou après les traitements de chimiothérapie, de radiothérapie et les interventions chirurgicales.

Plus d'articles