Une « Lifevest » pour les cardiaques

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 04 Juin 2015 : 19h38
Mis à jour le Vendredi 05 Juin 2015 : 11h52

Une dizaine de personnes en France à haut risque d’infarctus portent cette « Lifevest », laquelle peut leur sauver la vie puisqu’elle est équipée d’un défibrillateur intégré. Cette sorte de gilet de sauvetage écoute le cœur, émet un signal sonore en cas de troubles du rythme cardiaque ou alerte vocalement l’entourage.

Un défibrillateur automatique intégré dans un gilet

Au CHU de Rennes, les cardiologues ont déjà équipé trois de leurs patients. Cette veste issue de la haute technologie permet de surveiller le cœur et de délivrer des chocs électriques en cas d’arrêtcardiaque pour réanimer la personne. En cas de troubles du rythme cardiaque, la veste émet des vibrations puis une alarme sonore. Si le patient ne répond pas en appuyant sur un bouton (indiquant qu’il reconnaît la situation d’urgence et qu’il est capable de suivre le protocole), il est considéré comme inconscient et un choc électrique est délivré, pouvant être répété 5 fois. Les plaques de défibrillation envoyant les chocs pouvant bruler la peau, un gel protecteur est éjecté au préalable.

Cette Lifevest peut aussi diffuser un message vocal à destination de l’entourage demandant d’appeler immédiatement les urgences et de procéder à une réanimation cardio-pulmonaire. Il est également possible au patient de déclencher l’enregistrement d’un électrocardiogramme en cas d’évènements inattendus non encore diagnostiqués.

PUB

Dix Français à haut risque d’infarctus portent une Lifevest

Fabriqué par l'entreprise ZOLL Medical Corporation aux États-Unis, ce dispositif ressemble à un gilet équipé d’une ceinture et de bretelles intégrant des électrodes, des patchs de défibrillation et un mini-ordinateur. Son coût étant conséquent (3.180 euros par mois), sa prise en charge est effective par l’Assurance maladie depuis le mois de mars.

Il est réservé aux patients à très haut risque d’arrêt cardiaque pris en charge en dehors de l’hôpital et dont le taux de survie est actuellement de 5 % : pacemaker retiré pour cause d’infection du dispositif, en attente d’une transplantation cardiaque, victime récente d’un infarctus du myocarde.

La Haute autorité de santé (HAS) estime que cette Lifevest pourrait concerner près de 3.300 patients chaque année.

Attention, la fiabilité de l’appareil n’est pas encore parfaite. Sur les 5.000 patients traités dans le monde, 426 ont déjà reçu des chocs inappropriés et aux États-Unis, 3.500 rapports de dysfonctionnement ont été recensés.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 04 Juin 2015 : 19h38
Mis à jour le Vendredi 05 Juin 2015 : 11h52
Source : Haute autorité de santé (HAS), Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé, Lifevest 4000, défibrillateur cardiaque externe portable, 22 avril 2014, http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/evamed/CEPP-4541_LIFEVEST_4000_22_avril_2014_%284541%29_avis.pdf.
PUB
PUB
A lire aussi
Morts subites : 2000 morts de tropPublié le 19/06/2000 - 00h00

Chaque année 2000 personnes pourraient être sauvées en France si l'Etat ne limitait pas la pose des défibrillateurs cardiaques implantables. Il s'agit d'un très grave problème de santé publique qui illustre bien certains dysfonctionnements de notre système de santé.

Mort subite : n’ayez pas peur du défibrillateur !Publié le 18/05/2016 - 11h10

Le débat est tranché : suite à un arrêt cardiaque, la réanimation précoce par massage et défibrillation cardiaque sauve des vies. Avec les années, de plus en plus de personnes se forment aux gestes qui sauvent afin d’intervenir avant même l’arrivée des secours, augmentant ainsi...

Plus d'articles