Jamais de complément alimentaire en cas de cancer !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 21 Juillet 2008 : 02h00
-A +A
Pourquoi ne doit-on pas prendre de compléments alimentaires lorsque l'on a un cancer ? Est-ce aussi valable pour les antioxydants, comme ceux présents dans le thé par exemple, que l'on dit pourtant avoir des effets anti-cancers ? Explications du Dr Catherine de Goursac*.

Peut-on prendre des compléments alimentaires en cas de cancer ?

Dr Catherine de Goursac : Il est interdit de donner des compléments alimentaires quand on a déjà un cancer. La raison est très simple : si vous prenez des compléments alimentaires (vitamines, antioxydants, minéraux) vous donnez à manger en priorité aux mauvaises cellules et vous favorisez ainsi la croissance et la multiplications des cellules cancéreuses. En revanche, une fois le traitement du cancer terminé, chimiothérapie et/ou radiothérapie comprises, il est souvent nécessaire, et seulement à ce moment-là, de prescrire des compléments alimentaires. En effet, tant le cancer que ses traitements malmènent l'organisme et sont pourvoyeurs de déficits. Il est alors nécessaire de renforcer l'organisme.Il ne faut pas pour autant prendre des compléments alimentaires au hasard. Un bilan s'impose afin de définir précisément les carences et de proposer une supplémentation ciblée adaptée. Mais surtout pas pendant un cancer !

Pourtant, on dit que les antioxydants ont des effets anti-cancers ?

Dr Catherine de Goursac : Effectivement et aujourd'hui les données scientifiques sont très nombreuses, montrant que les antioxydants sont de formidables molécules ayant des effets anti-cancers. C'est ainsi qu'on recommande par exemple la consommation quotidienne de thé vert, riche en antioxydants, pour prévenir le cancer de la prostate et les cancers en général. Mais nous sommes ici dans le domaine de la prévention, c'est-à-dire en l'absence de cancer déclaré. Inversement, lorsqu'un cancer a été diagnostiqué, il ne faut plus prendre de supplémentation en antioxydants pour ne pas favoriser le développement des cellules cancéreuses. Dans le cas de certaines autres pathologies qui s'accompagnent d'un effet pro-oxydant élevé, les antioxydants sont très utiles et ont une action ciblée. Mais on doit judicieusement choisir le type d'antioxydants à prescrire.A noter par ailleurs que de nombreux micronutriments présentent, à des taux bas, des effets antioxydants et deviennent pro-oxydants à doses élevées. C'est le cas du bêta carotène et sans doute de la vitamine E. En d'autres termes, il ne faut pas prendre n'importe quels compléments alimentaires, ni n'importe quand. Si l'on n'a pas de déficit, de carence bien définie et prouvée par un dosage sanguin, mieux vaut s'abstenir au risque d'avoir inversement des effets négatifs, et dans tous les cas, jamais de supplémentation en cas de cancer.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 21 Juillet 2008 : 02h00
Source : Congrès de l'Association française de médecine morpho-esthétique et anti-âge (AFME), 7-8 juin 2008, Paris.
A lire aussi
Complément en testostérone, pour qui et pourquoi ? Publié le 29/10/2007 - 00h00

La testostérone est une hormone sexuelle masculine très active. Elle fait d'ailleurs partie des substances dopantes interdites chez les sportifs. Mais contre le vieillissement, quel serait l'intérêt d'un complément en testostérone ? Le point sur cette question débattue lors du récent...

Le zinc, à quoi ça sert ? Publié le 14/01/2015 - 12h02

Le zinc est un oligo-élément souvent oublié, sauf des ados quand ils ont de l’acné. Les quantités de zinc dont nous avons besoin sont infimes, mais pourtant nous risquons de manquer de cet oligo-élément qui joue un nombre incroyable de rôles dans notre organisme.

Lipolyse et cellulite : comment se déroule une séance ? Publié le 04/06/2007 - 00h00

La lipolyse par injections de phosphatidylcholine est une technique très ciblée qui permet de dissoudre les amas graisseux disgracieux mais localisés. La lipolyse peut donc contribuer à affiner la silhouette, mais aussi s'attaquer au double menton par exemple. Le Dr Catherine de Goursac* nous...

Plus d'articles