L’incitation financière double les chances d’arrêter de fumer !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 28 Janvier 2015 : 12h26
Mis à jour le Mercredi 28 Janvier 2015 : 18h32

Ce n’est pas la première étude montrant qu’une incitation financière augmente les chances d’arrêter de fumer. Sauf que celle-ci indique des taux de réussite deux à trois fois plus importants. Attention toutefois, elle a été menée chez des femmes enceintes déjà motivées à l’arrêt du fait de leur grossesse. Alors, faut-il se résoudre à payer tous les fumeurs pour qu’ils arrêtent ?

© Istock

Faut-il payer les fumeurs pour qu’ils arrêtent ?

Cette expérience britannique a été menée auprès de 612 femmes enceintes en début de grossesse. Toutes ont bénéficié d’un entretien avec un professionnel les ayant incitées à fixer une date d’arrêt, d’un suivi téléphonique hebdomadaire et de substituts nicotiniques gratuits pour 10 semaines. Une moitié des participantes ont reçu en plus une rémunération financière échelonnée en bons d’achat d’un montant total de 400 livres sterling, soit environ 544 euros, répartis de la façon suivante : un premier bon de 50 livres (66 euros) après qu’elles aient fixé leur date d’arrêt, un autre bon de 50 livres après 4 semaines d’abstinence, puis de 100 livres après 12 semaines d’arrêt du tabac et enfin de 200 livres vers la fin de la grossesse (entre 34-38 semaines). À chaque étape, l’abstinence était vérifiée à l’aide d’un test salivaire ou urinaire.

PUB

Deux à trois plus d’arrêts avec les bons d’achat

Résultat, 22,5% des femmes qui ont reçu des bons d’achat ont réussi à arrêter de fumer, contre 8,6% parmi les autres. Un an après 15% des femmes « bons d’achat » étaient toujours abstinentes contre 4% de celles ayant arrêtéde façon plus traditionnelle.

À noter que les volontaires provenaient plutôt d’un milieu socioéconomique peu aisé et que la grossesse constituait déjà à elle seule une sérieuse motivation. Il faudrait renouveler ce type d’étude pour confirmer la supériorité des taux de réussite au sevrage tabagique. Mais d’ores et déjà, on sait que payer les fumeurs pour arrêter représenterait un investissement économique bien moindre par rapport aux dépenses liées aux conséquences du tabac…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 28 Janvier 2015 : 12h26
Mis à jour le Mercredi 28 Janvier 2015 : 18h32
Source : Tappin D. et coll., BMJ2015; 350doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.h134(Published 27 January 2015), http://www.bmj.com/content/350/bmj.h134.
A lire aussi
Rimonabant : sans tabac ni kilosPublié le 19/05/2004 - 00h00

Comment arrêter la cigarette sans prendre de poids ? Rimonabant, un médicament testé actuellement aux Etats-Unis, pourrait apporter une solution. En effet, cette substance est dotée de deux propriétés hautement intéressantes. D'une part, elle contribue à la perte de poids, d'autre part, elle...

Arrêt du tabac : combien ça coûte ?Publié le 11/01/2010 - 00h00

Arrêter de fumer est une aventure périlleuse qui nécessite de l'aide. Mais recourir à des substituts nicotiniques, au Champix, à un tabacologue, etc., combien ca coûte ? Chaque traitement ayant son prix, à quel budget faut-il s'attendre ?

Tabagisme : sauvons les jeunes femmes !Publié le 13/06/2000 - 00h00

La récente journée de mobilisation contre le tabac (31 mai) aura eu le mérite de donner la parole à tous ceux qui luttent contre ce fléau et de faire réfléchir sur les chiffres de l'épidémie.

Substituts nicotiniques : finie la langue de boisPublié le 21/06/2005 - 00h00

Un nombre important d'idées reçues circulent autour des substituts nicotiniques. Elles peuvent représenter un frein à la motivation, à la décision de l'arrêt et à la réussite du sevrage. Afin de bousculer les dernières rumeurs, nous avons posé quelques questions franches et directes au Dr...

Plus d'articles