Implantation d’un cœur artificiel : feu vert en France

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 26 Septembre 2013 : 09h41
Mis à jour le Jeudi 26 Septembre 2013 : 09h41

La société française Carmat a obtenu les autorisations nécessaires pourimplanter en France un cœur entièrement artificiel chez quatre patients.

Les tests se dérouleront dans trois hôpitaux parisiens et à Nantes.

© Istock

Quatre patients français pourront bénéficier d’un cœur totalement artificiel

Implantation d’un cœur artificiel bioprothétique

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) a délivré des autorisations à la Société Carmat pour procéder en France à l’implantation d’un cœur artificiel bioprothétique sur quatre patients dans trois centres hospitaliers : l’Hôpital Européen Georges Pompidou à Paris, le Centre Chirurgical Marie Lannelongue à Plessis-Robinson dans le 94 et l’hôpital Laënnec-Nord du CHU de Nantes.

Trois autres pays vont procéder aux tests

Cette même procédure a déjà été autorisée dans 4 autres pays : en Belgique (Centre Hospitalier Universitaire du CHU de Saint-Pierre à Bruxelles), en Pologne (Silesian Center for Heart Diseases), en Slovénie (Ljubljana University Medical Center) et en Arabie Saoudite (Prince Sultan Cardiac Center).

PUB

Un cœur artificiel pour pallier au manque de greffons

Ce cœur artificiel ressemble à un vrai cœur avec ses deux ventricules, dont les parois sont recouvertes de tissu biocompatible avec le sang. Sa physiologie mime celle d’un vrai cœur. Il sera testé chez des patients en insuffisance cardiaque terminale (par exemple à la suite d’un infarctus) et dont l’espérance de vie est très courte en raison d’une absence totale d’alternative thérapeutique. Cette innovation vise à terme à contourner le manque de donneurs de greffons et à donner une chance aux 20 millions d’Européens concernés.

Reste à recruter les 4 patients français volontaires, à aménager les centres hospitaliers et à former les équipes chirurgicales.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 26 Septembre 2013 : 09h41
Mis à jour le Jeudi 26 Septembre 2013 : 09h41
Source : Europe 1, les Echos, communication de Marcello Conviti, Directeur général de Carmat, 24 septembre 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Diabète de type 1 : la fin des piqûres d’insuline est prochePublié le 30/03/2016 - 10h24

Le "pancréas artificiel", c’est dans moins de 2 ans en vie courante ! On en parle depuis des années, mais cette fois-ci c’est la bonne : d’ici à 2018 de nombreuses personnes souffrant de diabète de type 1 se sentiront enfin libres grâce à une intelligence artificielle qui s’occupe de...

Un robot chirurgien persécute James BondPublié le 11/12/2002 - 00h00

La vedette d'une des premières scènes du tout dernier film mettant James Bond en action, est un dénommé DaVinci. En dehors de ces activités cinématographiques, ce célèbre robot chirurgical de pointe donne un coup de main à la médecine. Il permet de réaliser en des temps records des...

Deuxième implantation de cœur artificielPublié le 09/09/2014 - 09h33

Le 5 août 2014, un cœur artificiel mis au point par la Société Carmat a été implanté au CHU de Nantes chez un patient atteint d’insuffisance cardiaque terminale et qui ne pouvait bénéficier d’un greffon cardiaque issu de donneur. Il s’agit de la deuxième intervention de ce type.

Cancers familiaux du sein : la consultation d'oncogénétiquePublié le 17/04/2001 - 00h00

Entre 5 et 10% des cancers du sein ont une origine héréditaire. Identifier les femmes porteuses de ces modifications génétiques permettrait de leur proposer un dépistage clinique et radiologique plus précoce et plus fréquent, ou inversement de rassurer un peu celles qui en sont dépourvues....

Plus d'articles