" Un herpès peut en cacher un autre "

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 03 Novembre 2004 : 01h00
Comme chaque année, l'Association herpès organise une journée nationale afin d'enrayer la progression de cette maladie, qui concerne 10 millions de personnes, soit un Français sur trois ! L'herpès est dû à un virus qui reste à vie dans l'organisme et qui peut prendre plusieurs formes : labiale, oculaire, génitale, de la main. Malgré une progression inquiétante, plus de 400.000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, soit 50% de plus en dix ans, l'herpès génital, première des infections sexuellement transmissibles, reste ignorée comme telle. Ainsi, 60% des personnes atteintes ignorent leur infection et risquent de transmettre le virus.

La réduction de la fréquence de l'herpès génital fait partie des objectifs de santé à atteindre dans les cinq ans à venir. Le projet de loi de santé publique actuellement discuté au Parlement, affiche clairement, pour la première fois, l'objectif d'une diminution de 18 à 14% de l'infection par le virus de l'herpès HSV2.Ce chiffre, s'il parait peu élevé, prend tout son sens si l'on rappelle qu'actuellement il existe au moins deux millions de Français concernés par l'herpès génital, l'infection sexuellement transmissible dont la progression est la plus importante.

Pourquoi 60% des patients atteints d'herpès génital ne sont toujours pas diagnostiqués ?

Outre la méconnaissance globale de la maladie, les différents témoignages révèlent un long cheminement psychologique entre un premier doute, lors d'un primo infection herpétique notamment, et la prise en charge de l'herpès. Or à ce stade, « la crise » est souvent passée et avec elle les symptômes qui auraient permis d'établir facilement le diagnostic. Pendant ce temps, le virus continue sa progression.A savoir aussi : 20 à 30% des herpès génitaux ont pour origine un banal « bouton de fièvre ».

Comment y remédier ?

En informant et en incitant à consulter rapidement dès le premier doute et sans attendre la fin de « la crise » herpétique. Il faut également encourager à utiliser le préservatif, afin de rompre la transmission du virus. La Journée nationale contre l'herpès, qui se déroulera le samedi 6 novembre, sera l'occasion d'en parler. L'Association herpès organise notamment une rencontre/débat, gratuite et ouverte à tous à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Michel Cymes offrira et dédicacera son livre « Combattre l'herpès », co-rédigé avec Françoise Ramel et qui vient de paraître aux éditions Jacob Duvernet.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 03 Novembre 2004 : 01h00
Source : Dossier de presse de l'Association Herpès, octobre 2004.
A lire aussi
Herpès vaginal : réponses à vos messages de forumsPublié le 28/05/2007 - 00h00

L'herpès vaginal est une infection virale qui inquiète beaucoup, de par ses symptômes, ses poussées récurrentes, mais aussi du fait de son extrême contagiosité. Réponses à quelques-unes de vos questions en matière de risque de transmission et de précaution à prendre au sein d'un couple.

L'herpès, un virus extrêmement contagieux !Publié le 12/12/2005 - 00h00

Le bouton de fièvre, l'herpès génital ou oculaire, sont des affections très contagieuses et donc facilement transmissibles. Encore aujourd'hui, peu de Français le savent. Pourtant, un tiers des adultes sont touchés par le virus de l'herpès, soit plus de trois personnes sur dix…

Oeil et herpèsPublié le 10/12/2001 - 00h00

L'herpès est une maladie contagieuse : c'est une infection à virus. On compte environ 60 000 cas d'herpès oculaires par an en France.

Plus d'articles