Une famille sur trois refuse le don d’organes

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 31 Juillet 2014 : 12h36
Mis à jour le Jeudi 31 Juillet 2014 : 14h18

Les dons d’organes en vue d’une greffe ont augmenté de 4 % en 2013.

Toutefois, les besoins restent supérieurs aux prélèvements, notamment en ce qui concerne la greffe de reins.

Or une famille sur trois refuse encore le prélèvement sur un proche décédé…

© getty

L’activité de prélèvements d’organes est en hausse

Selon le rapport médical et scientifique du prélèvement et de la greffe en France que publie chaque année l’Agence de la biomédecine, si l’activité de prélèvements d’organes a augmenté de 4 % en 2013 (2.100 prélèvements contre 2.016 en 2012), c’est principalement en raison d’une hausse des donneurs vivants. Ils étaient 420 à offrir un de leur organe de leur vivant, contre 374 en 2012 et seulement 192 dix ans plus tôt. Dans la grande majorité des cas, il s’agit de proches de la famille ou de l’entourage du malade qui offrent un de ses reins, plus rarement un lobe de foie.

On constate également une hausse des prélèvements sur sujets décédés en état de mort encéphalique, le plus souvent lié à un accident vasculaire cérébral (AVC) ou à un traumatisme crânien. Cela dit, les causes de décès des donneurs recensés sont essentiellement cardiovasculaires (58 %), viennent ensuite les défaillances respiratoires et les intoxications.

PUB

L’opposition est en très légère baisse mais reste importante…

Face au manque de greffons qui persiste notamment dans le domaine de la greffe rénale, premier type de greffe réalisé en France, les oppositions des familles au prélèvement sont toujours trop importantes, même si l’on a constaté une tendance à la baisse. En 2013, 33 % des proches se sont opposés au prélèvement, « soit 1.099 donneurs non prélevés pour ce motif, chiffre en baisse par rapport à 2012 ». À noter que le taux de refus varie fortement selon les régions et d’une année sur l’autre, allant par exemple de 20,4 % en Franche-Comté à 52,6 % en Martinique en 2013.

Pour en savoir plus sur l’activité de greffes, et pour vous convaincre d’indiquer clairement dès aujourd’hui à vos proches votre position quant au don de vos organes (ne pas savoir si le défunt était pour ou contre le don de ses organes est le premier motif de refus), rendez-vous sur le site de l’Agence de Biomédecine : www.agence-biomedecine.fr.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 31 Juillet 2014 : 12h36
Mis à jour le Jeudi 31 Juillet 2014 : 14h18
Source : Agence de Biomédecine, juillet 2014, Rapport médical et scientifique du prélèvement et de la greffe en France, 2013, http://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2013/donnees/sommaire-organes.htm.
A lire aussi
Don d'organe : parlez-en à vos proches maintenant !Publié le 18/06/2007 - 00h00

Pour la 7e année consécutive, une Journée nationale de réflexion sur le don d'organe est organisée. L'objectif est de faire progresser l'activité de greffes afin que diminue la liste d'attente et les décès pour faute de greffon. Une seule solution s'impose : dire maintenant à ses proches si...

Don d’organes : indiquez votre position à vos proches !Publié le 21/06/2016 - 08h35

« Le don d’organes est un magnifique acte de générosité que chacun peut ne pas vouloir faire. Encore faut-il le faire savoir ! » Partant de ce principe, la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (FNAIR) a présenté un nouveau projet de décret offrant la possibilité aux...

Plus d'articles