La famille monoparentale : un modèle en pleine évolution

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 16 Décembre 2015 : 11h52
Mis à jour le Mercredi 16 Décembre 2015 : 11h52

La vie en couple marié reste la situation conjugale la plus répandue (plus d’une famille avec enfants mineurs sur deux). Mais les unions deviennent plus fragiles et elles se diversifient (unions libres, pacs), avec de plus en plus de familles recomposées et de familles monoparentales.

Des unions de moins en moins solides, mais toujours autant d’enfants

L’Insee vient de publier la première édition d’un ouvrage intitulé « Couples et familles », visant à décrire l'évolution des différents modèles familiaux en France au cours de ces dernières années.

Selon Vianney Costemalle, coauteur de ce rapport, « vivre ou avoir vécu en couple n'est pas moins fréquent qu'autrefois. En revanche, les couples se forment de plus en plus tard et se séparent davantage », voire de plus en plus tôt puisqu’une personne sur cinq se sépare de son premier conjoint avant cinq années de cohabitation. C’est ainsi que vivre plusieurs relations au cours de sa vie est désormais très fréquent et que l’arrivée du premier enfant dans une deuxième union n’est plus un phénomène rare.

Mais les ruptures ont des conséquences importantes sur le niveau de vie, et surtout pour les femmes : « la perte de niveau de vie directement imputable à la rupture est de l'ordre de 20 % pour les femmes et de 3 % pour les hommes » (dans l’année qui suit la séparation, alors qu’il aurait augmenté si les conjoints étaient restés en couple).

PUB

Les femmes sont davantage pénalisées financièrement par la rupture

Or la famille monoparentale (20 % des familles avec enfants mineurs en 2011, contre 6 % en 1999), toujours essentiellement maternelle, s’est répandue surtout parmi les mères les moins diplômées qui de ce fait ont plus de difficultés d’insertion sur le marché du travail (40% vivent sous le seuil de pauvreté). Les hommes, eux, se remettent plus rapidement en couple après une rupture, et comme indiqué précédemment, perdent moins financièrement à se séparer.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 16 Décembre 2015 : 11h52
Mis à jour le Mercredi 16 Décembre 2015 : 11h52
Source : Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), Couples et familles, Insee Références, Édition 2015, http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?ref_id=COUFAM15.
PUB
PUB
A lire aussi
Mieux vaut être un homme de grande taillePublié le 25/06/2003 - 00h00

Pour un homme, être de grande taille est associé à réussite professionnelle et sentimentale. Selon une enquête de l'Insee, les plus petits vivent moins souvent et plus tardivement en couple. Les grands sont plus fréquemment cadres et les petits ouvriers.

Devoir conjugal ou viol conjugal ?Publié le 09/03/2009 - 00h00

Le devoir conjugal et la soumission féminine ont vécu. Depuis sa reconnaissance par une jurisprudence de la Cour de cassation en 1990, le viol entre époux est enfin reconnu et le consentement à la sexualité doit être exprimé. Ou le refus respecté... Les chiffres alarmants révélés par...

Le couple face au chômagePublié le 17/05/2010 - 00h00

Le chômage est difficile à supporter pour soi. À cause de la perte de revenus et de la nécessité de réduire le train de vie. Pour la place qu'il fait perdre dans une société où l'on est souvent défini par sa profession. Pour l'estime que l'on a de soi. Et pour l'image que l'on donne à...

Plus d'articles